Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Ventes de matériels de chantier en 2009 : -57 %

|


Les ventes de matériel neuf en France en 2009.
© (Source CISMA/SEIMAT-EOLE)
C'est sur des ventes de matériels de chantier à -57 %, en unités, que s'est achevée l'année 2009. En chiffre d'affaires, la chute a été de 48,5 % faisant descendre le marché à 1,8 milliard d'euros. Alain Rosaz, le président du Seimat (Syndicat des entreprises internationales de matériels de travaux publics, mines et carrières, bâtiment et levage) avoue avoir été optimiste, alors qu'il prévoyait, au début de l'année dernière une tendance à -30 %. " Nous sommes retournés au niveau de 1993 ", déplore-t-il.

Sans précédent

C'est donc un effondrement sans précédent qu'ont connu les matériels neufs en France. Toutes les catégories sont concernées. Les matériels lourds ont souffert à la fois d’un manque de grands travaux et de l'arrêt des investissements des grandes entreprises. Le marché des tombereaux articulés (-83 %) a été affecté par des importations de matériels quasiment neufs, vendus par les loueurs britanniques, pointe Alain Rosaz. Les chariots à portée variable (-33 %) ont bénéficié en début d'année de la demande des agriculteurs. Les ventes de minipelles, très affectées par le quasi-arrêt des investissements des loueurs, dès l'automne 2008, sont à " seulement " –55 %, car il subsiste une demande résiduelle des entrepreneurs, fait observer Jean-Marie Osdoit, vice-président du Seimat. Les ventes de grues mobiles (–37 %) d'une profession qui travaille seulement en partie pour le BTP se portent relativement moins mal.

Reprise mécanique
Et 2010 ? Le Seimat prévoit une reprise " mécanique " suscitée par des besoins immédiats entre 5 et 10 % pour le premier semestre. " Si nous achevons cette année sur un +10 %, nous pourrons nous estimer heureux. " La perspective du retour de grands chantiers en 2011 pourrait entraîner un retour des investissements, espère Alain Rosaz.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus