Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Ventes 2020 : le décrochage s'établit à -15%

| |

La crise économique résultant de la situation sanitaire a impacté la quasi totalité des matériels de terrassement. Pelles, tombereaux, chargeuses, compacteurs et chariots télescopiques figurent parmi les catégories les plus touchées.

Les sites web parasites sanctionnés !
Les pelles ont vu leurs ventes s'effondrer. © AdobeStock
Le chiffre, révélé par l'organisation professionnelle Evolis, est tombé : -15,2%. Telle est donc l'évolution du marché français des matériels de terrassement en 2020 comparativement à l'année précédente. Rappelons toutefois que 2019 constituait une année record.
 
Bien évidemment, les confinements successifs ont pesé lourd dans ce total. Les ventes sur les mois de mars et d'avril se sont effondrées, respectivement, de 49% et 59%. Le rattrapage du mois de juin (+12% vs juin 2019) a fait long feu.
 
Les contraintes sanitaires continuant d'entraver le bon fonctionnement du marché, le deuxième semestre s'est installé dans la morosité, affichant une baisse de -9,2% sur la période. En particulier, le quatrième trimestre a été entaché par un nouveau confinement mais sans accentuer pour autant la tendance baissière (-9% également au T4 2020).
 
A l'exception notable des tracteurs sur chenilles (+3,8%) et des niveleuses (+20,8%), dont les volumes de vente sont certes très restreints, tous les engins de chantier affichent un décrochage marqué. Globalement, les pelles sur pneus (-25,8%), les tombereaux (-23,3%), les chargeuses-pelleteuses (-22%) et les compacteurs (-20,4%) reculent de plus de 20%. Les pelles sur chenilles chutent de 13% environ, tout comme les mini-pelles. Enfin, les ventes de chargeuses sur pneus refluent de 16%, quand celles des chargeuses compactes affichent -27,1% et celles des chariots télescopiques -31,1%.
 
L'espoir est cependant permis. L'année 2021 devrait, toujours selon Evolis, retrouver des couleurs. Le syndicat table en effet sur une hausse de 5%, avec des volumes correspondant aux niveaux de 2017, une bonne année. Ces prévisions partent de l'hypothèse d'un marché revenu à la normale à partir de l'été.

 

Arnault Disdero