Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Une trémie d’attente pour déblais de chantier

|

Très connu pour ses bennes à béton, le français Secatol a une solution pour la gestion des déblais en ville.

Les sites web parasites sanctionnés !
40 à 120 m3 sont stockés en attente d'évacuation © secatol

Ils sont trois frères, Bertrand, Pierre-André et Guillaume, à avoir repris l’entreprise fondée par leur grand-père, Auguste Gilles. Secatol, entreprise française, est très connue pour ses bennes à béton, un produit plus technique qu’il n’y paraît. « Cette benne est suspendue à une grue et contient 2 ou 3 m3 de béton. Ce sont 5 t qui sont soulevées. Cela implique des aciers, des soudures et un assemblage irréprochable pour des raisons de sécurité » explique Pierre-André Gilles. Outre cette chaudronnerie sérieuse, le bureau d’étude doit bien maîtriser les principes de l’écoulement pour que la benne se vide complètement, uniformément et à la bonne vitesse. C’est ce savoir-faire que Secatol décline avec sa trémie à déblais, mais à une échelle plus grande.

 

Le constat : la difficulté d’évacuer les déblais lors des terrassements en ville. La solution : un stockage vertical. « Notre solution se décompose en deux éléments. D’une part la trémie verticale d’une capacité comprise entre 40 et 120 m3, d’autre part une benne spéciale pour la remplir à l’aide d’une grue ». Cette benne, d’une capacité de 3 à 7 m3 se positionne en fond de fouille et se remplit à la chargeuse. Puis elle est soulevée et verse dans un entonnoir en haut de la trémie. On retrouve avec cet accessoire, le savoir-faire développé autour des bennes à béton. Celui-ci est encore mis à contribution pour la trémie elle-même qui vide par gravitation dans des camions de manière contrôlé grâce à des ouvertures de trappes télécommandées.

 

« Cela permet de creuser sans interruption tout en menant des campagnes d’évacuation très courte. On peut imaginer, par exemple, une campagne éclair avec 6 ou 7 camions d’un coup, puis plus rien le reste de la journée » explique Pierre-André Gilles. Ou, au contraire, une évacuation douce avec un seul camion assurant les rotations à intervalle espacé, sans la pression du chronomètre.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus