Une pelle hybride Komatsu au service de sites écologiquement sensibles

| Chantier |

Utilisée pour le renforcement des digues de l’île de Ré, une HB215LC a retenu l'intérêt de Spie Batignolles Malet du fait de sa motorisation.

Les sites web parasites sanctionnés !
Une pelle hybride Komatsu au service de sites écologiquement sensibles © Spie batignolles Malet

Le matériel hybride a le vent en poupe, notamment dans les milieux dont l'environnement doit être protégé. Ré TP, filiale de Spie Batignolles Malet qui intervient sur le chantier de la digue de la Tonille, à Loix, sur l’île de Ré, le prouve. Pendant deux mois, entre février et avril, l'entreprise de VRD se charge de la mise en remblais de cette digue de 890 m sur 390 m au moyen d'une pelle hybride HB215LC Komatsu d’une capacité de 21 t. Ces travaux entrent dans le cadre de la protection du plan digues opéré par le département de la Charente-Maritime, particulièrement vulnérable aux fortes tempêtes, notamment après le passage de Xynthia en 2010.

 

Mobilisée pour la levée en terre et le réglage des différentes couches de remblais, l'excavatrice fait partie du parc de Spie Batignolles Malet depuis 2020. Pour son directeur matériel Éric Lannes-Porte, la plus value de la machine se joue sur plusieurs aspects, mais surtout au niveau de l’économie de carburant de 10 à 15 %. « Ce type de matériel existe avec une capacité de 21 ou 35 t. Nous avons choisi la première option. La technologie n’est pas encore proposée par tous les constructeurs sur tous les modèles, mais cela devrait arriver très vite. » Quant à l’amortissement, il est plus rapide que sur le tout-électrique. « Le surcoût de 10à 15 % est vite rentabilisé en cinq ans avec 1,5 l gagné à l’heure et à raison de 800, voire 1 000h par an. » L'hybridité est un choix d'autant plus stratégique sur le chantier de Loix, situé en zone protégée et entouré par des bassins ostréicoles, où les machines interviennent sur un littoral fragile. « Nous avons fait de ce chantier un fer de lance de la politique environnementale de Spie Batignolles Malet. Notre pelle fonctionne notamment avec une huile hydraulique biologique, ce qui s’avère un vrai avantage en cas de fuite dans le sable, car il est impossible d’éponger comme sur une dalle en béton », précise le directeur matériel.

 

Pour Ré TP, la polyvalence de l'engin est un autre atout. « La pelle nous permet de réaliser des levées en terre sur la digue pour régler les différents remblais et de faire du retaillage de talus. Elle sert aussi aux enrochements et au terrassement », détaille Bastien Becuwe, le chef de chantier. Pour l'entreprise locale, l’usage de pelles hybrides n’est d'ailleurs pas une première et encore moins une dernière.

Fabienne Berthet