Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Une offre « low cost » peut-elle apparaître ?

|

Les sites web parasites sanctionnés !
Une offre « low cost » peut-elle apparaître ? © Vincent Leloup/Matériels et Chantiers
Si le secteur des matériels de chantier a repris quelques couleurs en 2010, ce n’est pas le cas des loueurs qui devraient afficher en fin d’année une nouvelle baisse de leur chiffre d’affaires. La faute à une intense guerre des prix qui fait plonger les loyers depuis deux ans. D’où la nécessité d’ajuster le service rendu à cette politique tarifaire. Lors de leur dernier congrès (à Paris le 1er décembre), les loueurs affiliés au DLR se sont interrogés sur l’opportunité d’une offre « low cost ». Invité à témoigner, Jean-Claude Puerto Salavert, fondateur d’Ada (location de voitures), a prévenu. D’une part, une offre « low cost » doit s’adresser à de nouveaux clients. Y en a-t-il encore dans le BTP ? D’autre part, elle ne peut pas être mise en place par un acteur existant. Seul un nouvel entrant peut l’apporter. La grande distribution ? Les magasins U, qui se sont rapidement fait une place dans la location de véhicules utilitaires, ont été cités, mais à tort, comme le confirme Thierry Desouches, responsable des relations extérieures. « Nous louons quelques nacelles sur porteur mais notre ambition n’est pas de concurrencer des loueurs comme Kiloutou. Cependant, nous sommes un groupement de magasins indépendants donc il peut y avoir quelques initiatives locales sans que cela ne traduise une politique globale. » De plus, la technicité et la multiplicité des références qu’exige la location de matériels de chantier vont à l’encontre d’une politique « low cost » qui doit simplifier son offre au maximum. Les conditions ne semblent donc pas réunies pour voir apparaître ce modèle économique dans le secteur.