Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche
  • Accueil
  • Actualité
  • "Une baisse généralisée, mais moins importante que prévu", Renaud Buronfosse (Evolis)

"Une baisse généralisée, mais moins importante que prévu", Renaud Buronfosse (Evolis)

| |

Délégué général du syndicat Evolis regroupant les fabricants d'équipements fluidiques, du BTP et de la manutention, Renaud Buronfosse livre son analyse de la situation de ces industriels à fin 2020.

Les sites web parasites sanctionnés !
Renaud Buronfosse délégué général d'Evolis © BRUNO LEVY

Comment les constructeurs de matériels traversent-ils cette année 2020 marquée par la crise du Covid-19 ?

Leur chiffre d’affaires sera lourdement amputé par la rupture d’activité liée au confinement des mois de mars et avril. Personne n’a échappé à cette baisse généralisée. Mais elle sera finalement moins importante que prévu. Nous nous dirigeons vers un scénario « à moindre mal », si je puis dire. L’arrêt des chantiers et les problématiques d’approvisionnement qui ont stoppé les activités d’assemblage en usine ont cédé la place à une reprise relativement rapide. En outre, tous ou presque pouvaient compter sur des carnets de commandes fournis. Plutôt que la chute de 30 % initialement anticipée, l’année 2020 devrait donc se boucler sur un repli de 15 à 25 % en fonction des gammes de produits.

Entre -15 à -25 %, l’écart est énorme…

Il illustre l’hétérogénéité des typologies produits, de clients, d’applications et de marchés sur le continent européen. Sans surprise, les constructeurs les plus touchés sont également les plus dépendants de la commande des grands loueurs, les spécialistes de l’élévation de personne et de la manutention au premier chef. Les parcs de location sont, en effet, déjà bien pourvus sur certains segments tels que les nacelles ou les chariots télescopiques. De plus, ces matériels auront probablement à gérer la crise prévisible de l’immobilier non-résidentiel neuf lié à la montée en puissance du télétravail. A contrario, les acteurs qui réalisent le gros de leur chiffre d’affaires auprès des utilisateurs finaux et interviennent sur les projets d’infrastructures et d’aménagements résistent mieux et devraient continuer de le faire dans les mois à venir.

Les industriels parviennent-ils déjà à reconstituer leurs carnets de commandes ?

Il ne s’est toujours pas vidé. Il faut dire qu’il se situait à un niveau très haut. Néanmoins, il est encore compliqué de le reconstituer car les appels d’offres tardent à sortir. C’est là une conséquence du télétravail généralisé chez les émetteurs, sans compter les difficultés d’organisation causées par l’absentéisme lié aux cas contacts et aux Covid positifs. Globalement, le contexte actuel alimente un climat de stress et d’incertitude qui interdit un véritable retour à la confiance pourtant indispensable à la prise de commandes.
 

Retrouvez l'intégralité de cette interview dans le numéro du Moniteur Matériels daté du 18 décembre.

Jeremy Bellanger