Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Portrait : Sophie Benfredj de Bomag

| |

La directrice générale de la filiale française du constructeur de matériels routiers est une femme de défis. Férue de numérique, elle a fait de la digitalisation des machines son cheval de bataille.

Les sites web parasites sanctionnés !
Sophie Benfredj dirige Bomag France depuis le 1er juillet 2018. © Arnault Disdero / Le Moniteur Matériels

Audacieuse

Avoir des rêves et les mettre en action. Toujours. Tel est le credo de Sophie Benfredj. À l'issue de ses études, elle s'arme de 60 kilos de bagages et direction Buenos Aires. Sans plan sûr. Finalement, elle y résidera dix-huit mois. Plus tard, elle partira à la conquête de l'Amérique du Nord, chargée de faire le tour des concessionnaires agricoles. Premiers pas dans le matériel, et coup de cœur. L'expérience CNH durera dix-huit ans. Puis une remise en cause. "J'ai repris des études à l'Insead. Je suis en permanence dans l'apprentissage !" Virage réussi, elle monte sa société de conseil. Si le plaisir est au rendez-vous avec les dirigeants, il est démultiplié auprès des équipes. L'aventure Bomag tombait à point nommé !

Curieuse

Arriver à la tête de la filiale France de bomag n'a rien eu de difficile. "J'ai l'habitude de m'adapter aux situations. Je suis arrivée en avril lors d'Intermat, et Philippe Ducouret a assuré une passation jusqu'à fin juillet." La France constitue le deuxième marché européen du fabricant, l'enjeu était grand. La visite de l'usine allemande de Boppard a emporté sa décision de prendre le poste. "J'en étais bluffée : on y voit de l'ingénierie pure, qui vise un maximum de satisfaction et de service pour le client. Les machines ont une âme." Ce qui tombe pour le mieux, car elle révèle être plus en phase avec l'environnement industriel qu'avec le secteur tertiaire.

Technophile

Elle qui jongle avec ses iPad et iPhone pro, utilise les réseaux sociaux de tout poil, possède une voiture et une maison connectées… "J'ai baigné dans l'informatique. Mon premier ordinateur, un Apple IIc, m'a été offert à l'âge de 10 ans. Tous les matins, je lis L'Usine digitale. Nous vivons une révolution formidable : inventer un monde qui libère l'homme des tâches répétitives." Pour la dirigeante, la transformation numérique n'a d'autre sens que d'offrir de la valeur ajoutée à l'homme. Certaine que "demain sera fait d'une bonne intelligence entre l'humain et la machine", elle souhaite porter la digitalisation chez Bomag.

Mélomane

Si elle s'est mise au piano sur le tard, Sophie Benfredj pratiquait le violon enfant, au conservatoire et en orchestre. De là, elle a tiré son inspiration managériale. "Le bon dirigeant est un chef d'orchestre. Il donne le ton, le la… Les équipes sont autonomes mais toutes vont dans la même direction. Mon job est de trouver l'équation pour que chacun apporte sa pierre à un projet commun." S'exprimer certes, mais dans le cadre d'une vision globale. Les capacités individuelles au service du collectif. "Je cherche à écouter, comprendre et rendre intelligible. J'ai la chance d'être entourée d'experts. À chacun ses compétences."

Passionnée

Le goût des autres, la directrice générale le cultive précieusement. "Manager, c'est savoir apporter à ses équipes. Être ouvert, curieux, en empathie. Et aimer." Le mot est sans doute galvaudé, mais elle ose son emploi, convaincue que le meilleur baromètre du dirigeant est de voir ses collaborateurs réussir, prendre du plaisir et se réaliser. "Il faut savoir leur donner confiance, extraire la pépite qui est en eux et que, parfois, ils ne voient pas eux-mêmes." L'infrastructure routière, cœur de métier de Bomag, pousse la même idée plus loin. "Il s'agit de connecter les hommes. Cela a du sens, beaucoup de sens à l'époque actuelle."

Arnault Disdero

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus