Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

L'enjeu majeur de l'exploitation des données

| |

La digitalisation et l’informatique embarquée s’invitent dans les travaux publics. Un mouvement qui reformate également les métiers.

Les sites web parasites sanctionnés !
L'usage des matériels connectés se démocratise © Trimble
Contrôler le temps d’utilisation des machines et/ou des accessoires, créer des alertes d’incident, relever les consommations de carburant, planifier les révisions, suivre l’évolution des chantiers et l’interaction entre les matériels… L’informatique est de plus en plus présente dans les travaux publics, que ce soit sur les véhicules (pelles, chargeuses, tombereaux, etc.), truffés de capteurs et d’électronique, ou chez les utilisateurs qui, désormais, doivent être en mesure d’analyser et de décortiquer des centaines, voire des milliers de données au quotidien.
 
L’heure est à l’adaptation. Les métiers évoluent. Chez les locatiers, le bon vieux stylo et le carnet sont progressivement remplacés par des outils collaboratifs qui permettent de gérer le commercial, l’administratif, la finance,  ou encore l’affectation des matériels à partir d’une simple tablette ou d’un smartphone. Désormais, les processus chantier se gèrent au doigt et à l’œil. Certains matériels obéissent même au seul son de la voix, à l’instar du système Evas, développé par EFA France, qui se présente comme le premier système de commande vocale embarqué avec base de données intégrée communiquant en bus CAN. « Demain, des informations sur l’état de la machine, ses caractéristiques techniques (puissance, consommation, date du dernier entretien, etc.) et la zone du chantier sur laquelle elle doit intervenir pourront très bien être accessibles à partir de lunettes connectées », prédit Frank Vedrines, responsable marketing applications spéciales chez Bomag. Cofondateur et président de la start-up CAD.42, Jean-Philippe Panaget poursuit : « Grâce à l’informatique,  nous sommes déjà en mesure de détecter les équipements sous ou sur-utilisés et de délivrer aux directeurs d’exploitation des rapports d’activité en temps réels. » La révolution 3.0 est en marche. 

Hakim Bendaoud

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus