Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Recherche techniciens de maintenance désespérément

|

500 postes de techniciens de maintenance des matériels de construction et manutention sont à pourvoir tous les ans. Et pourtant, les preneurs sont rares....

Les sites web parasites sanctionnés !
1 500 postes de techniciens de maintenance des matériels de construction et manutention sont à pourvoir tous les ans. © Renault Trucks

Le secteur de la location et de l’entretien d’engins du BTP représente un chiffre d’affaires de 11 milliards d’euros et un effectif de 43 263 salariés. Et pourtant, les entreprises du secteur peinent à recruter. Or au niveau national, 1 500 postes de techniciens de maintenance des matériels de construction et manutention sont à pourvoir tous les ans.

 

Pour sensibiliser aux attraits de ce métier, Eric Frèche, président régional du Syndicat National des Distributeurs Loueurs et Réparateurs dans le sud-est, a organisé le 12 juin à Vitrolles, dans les Bouches-du-Rhône, une après-midi portes ouvertes au siège de son entreprise Frèche Location.

 

En Provence Alpes Côte d’Azur (179 entreprises pour un chiffre d’affaires de 990 millions d’euros, 3550 salariés), plus de 200 postes sont à pourvoir. «Nous faisons face à une vraie problématique, car la filière se développe plutôt bien. Cette pénurie de main-d’œuvre devient une contrainte dans l’exercice de notre profession et plus largement sur le bon déroulement des chantiers», déclare le dirigeant de Frèche Location qui en appelle à l’Etat et aux régions compétentes en matière de formation et d’orientation pour faire connaître les métiers du secteur auprès d’un public averti : «Ils sont méconnus du grand public alors que les matériels (tractopelles, bulldozers, nacelles, chariots élévateurs…) sont utilisés dans tous les secteurs d’activités. À peine 1 000 diplômés (du CAP à la licence professionnelle) sortent chaque année des lycées professionnels et CFA qui forment à ces métiers», insiste Eric Frèche.

 

Lire la suite sur LeMoniteur.fr


 

Christiane Wanaverbecq

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus