Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Plan social d’envergure en Belgique

|

Les sites web parasites sanctionnés !
Plan social d’envergure en Belgique © Gilles Rambaud
Avis de tempête en Belgique. L’usine Caterpillar de Gosselies, près de Charleroi, pourrait perdre 1400 emplois sur un total de 3700, d’après une annonce faite par la direction lors d’un comité d’entreprise extraordinaire. Ce coup de tonnerre intervient quelques semaines après que le numéro un mondial des engins de chantier ait annoncé un chiffre d’affaire record de 65,87 milliards de dollars (49,93 milliards d’euros) dégageant un bénéfice net de 5,68 milliards de dollars (4,3 milliards d’euros) en hausse de 15 %. La raison pour laquelle Caterpillar veut amorcer ce plan social est double. « À l’heure actuelle, l’usine fabrique principalement des machines destinées à l’Europe, un marché où les perspectives de croissance sont limitées et où le ralentissement économique qui persiste depuis plusieurs années déjà met sous pression l’industrie dans laquelle elle est active. Plus fondamentalement, la structure de coûts de Caterpillar Gosselies est trop élevée. En effet, à l’heure actuelle, il serait moins coûteux d’importer des machines en Europe depuis d’autres usines du groupe que de les fabriquer à Gosselies » explique la direction. Ce schéma industriel n’est pas le même que celui de l’usine de Grenoble, en France, qui fabrique des tracteurs à chaînes et des pelles sur pneus pour le monde entier, vendant même aux États-Unis. Moins exposée au marché européen, elle emploie 2000 personnes et bénéficie d’un plan d’investissement de 40 millions d’euros étalé sur trois ans pour ouvrir deux nouvelles lignes de production, s’équiper d’une nouvelle cabine de peinture et moderniser l’atelier de mécano-soudure. Ce modèle pourrait bien être celui qui inspirera Caterpillar pour remodeler son usine Belge. Commence maintenant une longue négociation syndicale qui, espérons-le, sera moins tendue qu’en France.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus