Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Olivier Buschino (Case) : "Tous les indicateurs sont au vert"

| Interview |

Loin de paniquer après une année 2020 tendue, le nouveau directeur France et Iberia de Case livre une vision résolument optimiste de l'avenir.

Les sites web parasites sanctionnés !
Olivier Buschino, directeur France et Iberia du constructeur CASE. © CASE

Olivier Buschino, vous avez pris la tête de Case France et Iberia à la fin de l'an dernier. Quelle est la situation dont vous héritez ?

En vertu de la crise sanitaire qui a frappé le monde, l'année passée a été pour le moins spéciale. Pour Case, elle s'est traduite par des fermetures d'usines, du chômage partiel, du télétravail... A la fin du premier semestre, on tablait sur une véritable catastrophe. Mais elle n'a pas eu lieu à l'échelle attendue. Loin de là. Dans le cas particulier de l'Hexagone, la situation est bien meilleure que nos prévisions, grâce à notre réseau qui a bien suivi et à nos dépôts qui sont restés ouverts quasiment sur toute la période des confinements.
 

Quelles sont les typologies de matériels qui ont le plus souffert, et quelles sont celles qui s'en sont le mieux sorties ?

Le volume industriel a certes subi globalement une forte baisse, mais certaines familles de produits ont fait mieux que limiter la casse. C'est le cas notamment de notre gamme lourde - pelles, chargeuses, niveleuses et bouteurs -, qui a continué à bien se vendre malgré le contexte économique et sanitaire, avec les chantiers à l'arrêt pendant de nombreux mois. Le carnet de commandes sur le compact reste lui aussi intéressant, même si ce segment a davantage souffert. Il est à noter également une belle augmentation des achats de tractopelles siglés Case. De manière générale, nous avons conservé nos parts de marché, quand elles ne se sont pas améliorées. Tous les indicateurs commerciaux sont au vert.
 

En quoi les changements opérés dans votre réseau ont-ils permis d'optimiser votre performance ?

Ces derniers mois, nous avons procédé à certains réglages, qui se sont traduits par un meilleur maillage du territoire. Nous nous appuyons toujours sur notre base historique de sept distributeurs indépendants, auxquels nous renouvelons notre confiance. Cela s'est traduit par l'extension de périmètre pour deux d'entre eux : CMG et W 45 TP. Le premier inaugurera bientôt de nouveaux bâtiments du côté de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), quand le second s'apprête à ouvrir une nouvelle agence à Limoges (Haute-Vienne). En région parisienne, Dynamic TP a aussi pris notre carte : la société dessert désormais quatre départements en matériels de notre gamme lourde : les Yvelines, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-d'Oise. Cela va dans l'optique d'offrir un service optimal au plus proche de nos clients.
 

Qu'en est-il de vos concessions directes Case France NSO et Case IDF ?

Né il y a deux ans du rachat du réseau de TP Partners, Case France NSO a pris son envol tel l'aigle Case. L'entité dispose désormais d'un meilleur maillage de son territoire, avec dix agences au service des clients disposées sur tout l'Arc atlantique. Axé sur les grands comptes et intervenant particulièrement en soutien des chantiers du Grand Paris Express, Case IDF continue pour sa part tranquillement son chemin. Les deux entités sont désormais pilotées par une seule et même personne, Thierry Aubry, à qui j'ai succédé à la tête de Case France et Iberia.

Arnault Disdero