Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Nouveau siège d'Haulotte : l'intelligence architecturale au service de la création

| Reportage |

L'industriel français a intégré ses nouveaux locaux ligériens, où se mêlent les différentes directions et le bureau d'études. Un smart building destiné à rassembler, développer la gamme et transmettre les valeurs de ce groupe d'envergure internationale. Visite exclusive.

Les sites web parasites sanctionnés !
Le site comprend entre autres un centre de prototypage, un bureau d'études et cette zone de test extérieure. © Bruno Levy / Le Moniteur Matériels
Un écrin. Un cocon. Voici les mots qui viennent spontanément à l'esprit à qui veut bien se rendre à Lorette, dans la Loire, visiter les nouveaux locaux d'Haulotte, où cohabitent 350 employés. Rien que pour la vue imprenable sur le massif du Pilat, le voyage vaut le détour. Implanté depuis toujours dans la vallée du Gier, coin de France à l'histoire industrielle éminente, le spécialiste français des matériels d'élévation a décidé d'y construire un quartier général à la hauteur de ses ambitions.
 
"Cette nouvelle étape s'inscrit dans la transformation de notre groupe. Elle vise à le doter d'un siège social qui soit le reflet de ses valeurs et de sa stratégie", confie d'emblée Stéphane Hubert, le Directeur Expérience Clients. Quatre axes ont ainsi été déclinés lors de l'élaboration de ce bâtiment hors du commun baptisé H3 (pour « Haulotte Higher Headquarters » ; prononcez « ache cube ») : social, international, environnemental et technologique.

Les salariés impliqués lors de la conception

"Jusqu'à présent, nous ne disposions pas d'un site nous permettant de rassembler notre famille, au sens large. Désormais, c'est chose faite : nous possédons un QG tourné vers l'hospitalité", se satisfait Stéphane Hubert, qui révèle que la conception s'est faite avec l'implication d'une centaine de salariés. "Nous avons monté onze commissions : décoration, organisation des départements, nommage des bâtiments et des salles… Les idées ont fusé !"
 
Le résultat est un mélange d'espaces de travail individualisés et de zones d'échange. "La collaboration est partout ici", poursuit-il. "Elle est symbolisée par l'atrium et ses passerelles." Ces dernières mènent à trois bâtiments, dans lesquels se mêlent les différents services, presque indistinctement, dans l'idée d'un grand décloisonnement. Ces trois ailes ont pour nom Europe-Afrique, Amériques et Asie-Pacifique, soit les continents sur lesquels la marque est présente. "Nous disposons de 21 filiales, implantées presque partout sur le globe", se plaît à rappeler Stéphane Hubert.
 
Multinationale et sociale, la société se veut également sensible à la question environnementale. Cette dimension prend forme concrète dans l'ensemble architectural, conçu sur 31 000 m2 de terrain. Celui-ci a par ailleurs été végétalisé, par la bien-nommée agence Utopia, pour réduire l'impact carbone du projet.

Bâtiment hyperconnecté

Clin d'œil au virage vers le tout-électrique impulsé à travers sa démarche « Blue Company » [lire « Le Moniteur Matériel » du 12 juillet 2019, p. 51], des bornes pour recharger les batteries des salariés possesseurs de Tesla, Prius et autres Zoe sont disponibles sur le parking. Tourné vers l'avenir, Haulotte l'est résolument et le montre encore à travers la connectivité dont fait preuve son « smart building », capable par exemple de descendre automatiquement les stores pour réguler la température intérieure.
 
Les salles de conférence, elles aussi, sont hyperconnectées : chacune possède une tablette indiquant les horaires de sa future occupation et permettant de les réserver. En leur sein, systématiquement, un grand écran tactile permettant les visioconférences. Il n'y a guère que, pour des raisons évidentes, le bureau d'études et son atelier de prototypage qui restent hors circuit…
 
> Retrouvez l'intégralité de cet article et ses nombreuses photos légendées au sein du numéro daté du 13 novembre 2020 du Moniteur Matériels.

Arnault Disdero