Manitou dévoile un chariot télescopique compact et léger

| |

Misant sur la facilité de transport, le groupe basé en Loire-Atlantique lance un modèle conçu pour être chargé sur une remorque d’un PTAC de 3,5 t.

Les sites web parasites sanctionnés !
Sa masse transportable est inférieure à 3 tonnes. © Manitou

C’est dans son bureau d’études de Laillé, en Ile-et-Vilaine, dédié justement à la production de chariots télescopiques ultra-compacts que Manitou a imaginé ce nouveau modèle ULM/GCT. Avec une masse transportable inférieure à 3 t et des dimensions compactes (1,49 m de large pour une hauteur d’1,92 m), le chariot offre de grandes possibilités à ses utilisateurs. Outre sa facilité de transport avec la possibilité de le charger sur une remorque de 3,5 t de PTAC*, le matériel est aussi très polyvalent. Il s’adresse d’ailleurs à différents secteurs d’activité : la construction, l’agriculture et l’aménagement paysager.

Deux capacités de levage disponibles

Intégrant un moteur de 45 chevaux et proposant un débit hydraulique maximal de 48 l/min, le chariot télescopique existe en deux versions avec respectivement une capacité de levage de 1,25 t ou 1,5 t pour une hauteur de levage de 4,30 m. Pour les concessionnaires Manitou, les modèles sont référencés sous les noms : ULM 412 H et ULM 415 H (NDLR, ULM signifie Ultra Light Manitou). Chez les distributeurs Gehl, ils s’appellent : GCT 3-14 et GCT 3-14+ (NDLR, GCT pour Gehl Compact Telehandler).

Un choix d’accessoires

Pour répondre à une multitude d’applications, Manitou a développé toute une gamme d’accessoires spécifiquement pensés pour ce nouveau modèle tels que des tabliers porte-fourches, une pince à pot, un coupe-branche, un manipulateur à big bags, une lame à neige. A noter également que le chariot est équipé de quatre roues motrices, d’un pont arrière oscillant et d’une garde au sol importante de 29 cm pour permettre une utilisation tout-terrain.

Une conception axée sur le confort

« Nous avons travaillé avec notre bureau d’étude à la recherche d’une solution innovante pour apporter toujours plus de sécurité et de confort. Nous avons ainsi remplacé la grille de toit par une vitre en polycarbonate transparente et résistante aux chocs, répondant parfaitement aux exigences de la norme FOPS », détaille Camille Rouvrais, cheffe de produit. En outre, l’accès en cabine se fait facilement sans marche supplémentaire et l’opérateur bénéficie d’une visibilité à 360 °.Pour plus de sécurité, une assistance à la conduite est d’autre part proposée. Depuis un écran placé sur le tableau de bord, l’utilisateur peut lire toutes les informations nécessaires à la conduite sous forme de pop-ups. Pour ses manœuvres, il a également le choix entre trois modes de direction :
-2 roues directrices pour rouler à grande vitesse ;
-4 roues directrices pour manœuvrer dans les espaces exigus ;
-un mode crabe pour manœuvrer latéralement.

Des options pour réduire le TCO

Le coût total de possession du chariot peut être abaissé grâce à l’option Stop & Start. Proposant une économie de près de 10 € par heure de ralenti, cette dernière contribue, en effet, à diminuer la dépréciation de la machine, sa consommation de carburant et la maintenance préventive.
D’autres innovations permettent par ailleurs de réaliser des économies. Par exemple, avec le filtre anti-émulsion présent dans l’engin, la capacité du réservoir hydraulique est réduite de près de 25 %. En outre, une compensation électronique remplace l’hydraulique, ce qui permet de supprimer le vérin de compensation et ainsi diminuer les besoins en huile hydraulique. Par extension, c’est aussi grâce à ces caractéristiques techniques que le poids de la machine et sa largeur sont abaissés.

Les premières livraisons du chariot sont prévues dès le 3e trimestre en Europe, Amérique du Nord et en Australie.

*PTAC : poids total autorisé en charge

Charlotte Divet