Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Résultat de 1,6 milliard d'euros pour Manitou

| |

Malgré un chiffre d'affaires en baisse de 24% par rapport à 2019, le groupe français anticipe une année 2021 florissante.

Les sites web parasites sanctionnés !
. © Bruno Levy / Le Moniteur Matériels
Groupe d'envergure mondiale, Manitou a été touché de plein fouet par la crise sanitaire et économique qui a frappé la planète en 2020. Cela s'est traduit par un chiffre d'affaires de 1 585 millions d'euros, a indiqué le conseil d'administration de Manitou BF, réuni le 4 mars. Cette baisse d'activité de 24% (vs 2019) est toutefois bien moins importante que celle anticipée en août dernier, lorsque le groupe tablait sur une chute de l'ordre de 30%. De son côté, le résultat opérationnel récurrent s'est fixé à 85 millions d'euros (contre 149 l'an passé) et l'Ebitda à 120 millions d'euros (contre 168). Le résultat net "part du groupe" est de 40 millions d'euros pour l'année 2020, contre 96 millions en 2019.
 
"L'année 2020 a été à la fois difficile, contrastée et porteuse de nombreuses transformations. La crise sanitaire a provoqué une chute importante de nos marchés. La réactivité, l'agilité et l'engagement des équipes ont été les traits marquants de 2020 pour faire face à une situation inconnue et en amortir au maximum les effets. Tout cela nous a permis de limiter l'impact financier de la crise et de clore l'exercice avec un pourcentage de résultat opérationnel courant de 5,4% du chiffre d'affaires, en retrait de seulement 0,6 point par rapport à l'objectif que nous avions communiqué début 2020 avant l'explosion de la crise sanitaire", rappelle Michel Denis, directeur général de Manitou. "Le ralentissement économique de 2020 nous a conduits à redimensionner l'ensemble de nos moyens, à simplifier l'organisation du groupe ainsi qu'à rationaliser nos sites industriels du continent américain."

Prévisions réjouissantes

En dépit de cette année noire, le spécialiste de la manutention tout-terrain anticipe une progression de ses ventes de l'ordre de 15% en 2021, pour atteindre des niveaux dignes d'une de ses meilleures années. "L'ampleur inattendue du rebond des prises de commandes et de notre carnet de commandes de fin d'année nous a fait basculer dans une nouvelle phase de croissance. Nous accélérons nos cadences de production pour répondre à nos clients, dans un contexte empreint d'une forte inflation des prix de l'acier, de pénuries de transports maritimes et de composants électroniques", indique Michel Denis.
 
"Les tendances de nos marchés restent très dynamiques. Forts de ces éléments, et sous réserve d'une stabilisation de l'environnement général, nous anticipons désormais une croissance de chiffre d'affaires pour 2021 de plus de 15% et un résultat opérationnel courant en progression de 40 points de base par rapport à 2020", dévoile le dirigeant, confirmant la nouvelle feuille de route du groupe qui fixe un objectif ambitieux de 2,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires à l'horizon 2025.

Contentieux avec JCB

Par ailleurs, la multinationale basée à Ancenis, en Loire-Atlantique, peut se réjouir que l'affaire judiciaire qui l'opposait à JCB soit enfin close. Elle informe que le tribunal judiciaire de Paris s'est prononcé le 26 février dernier, en première instance, sur le contentieux en contrefaçon de la partie française de deux brevets européens se rapportant à certaines caractéristiques concernant le système de commande de la coupure de surcharge de certains chariots télescopiques, initié en mai 2017 par la société J.C. Bamford Excavators Limited (JCB) contre la société Manitou BF.
 
Aux termes de cette décision, le tribunal a annulé intégralement la partie française de l'un de ces deux brevets dont JCB est titulaire. Le tribunal a également annulé la partie française du second brevet dont JCB est titulaire dans la majeure partie de ses revendications. Il retient la contrefaçon de seulement deux revendications de la partie française du second brevet par trois modèles de matériel d'une ancienne configuration qui n'est plus commercialisée par Manitou BF depuis mai 2017. Manitou conteste cette décision, tout en notant qu'elle n'a aucune incidence sur son activité du fait que cette ancienne configuration n'est plus commercialisée.
 
Compte-tenu du caractère très résiduel de la contrefaçon retenue, le tribunal a condamné Manitou BF à verser au demandeur la somme globale de 150 000 euros au titre du préjudice subi, écartant les demandes de JCB qui faisait valoir un préjudice de 190 millions d'euros. "La décision du tribunal conforte la position de Manitou BF, qui a toujours contesté le bien-fondé de l'action du demandeur et le caractère disproportionné de ses demandes. Le groupe continuera ainsi à se défendre avec la plus grande fermeté dans le cadre des contentieux en contrefaçon sur trois brevets qui l'opposent à JCB", fait savoir Manitou dans un communiqué.

Arnault Disdero