Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Location et digitalisation : le pli reste à prendre

| |

L'étude Le Moniteur Matériels - Loxam souligne la frilosité persistante des décideurs du BTP face aux plateformes de location en ligne. A fortiori lorsque celles-ci ne s’appuient pas sur un réseau physique.

Les sites web parasites sanctionnés !
Un parc de matériels de location © Loxam
Au regard des résultats de notre sondage réalisé dans les deux premiers mois de l'année, 94 % des entrepreneurs du BTP interrogés n’ont jamais loué de matériel sur une centrale d’intermédiation en ligne et privilégient toujours le système de location en agences. Un résultat tranché qui peut surprendre en l’absence de véritable réticence des professionnels face au numérique. Ils sont tout de même 55 % à se dire prêts à recourir à ce type de solution.
 
Une première raison de cette lente pénétration des usages digitaux tient probablement à l’inadéquation entre les attentes des utilisateurs et la valeur perçue des fameuses plateformes de location. Pour les entreprises utilisatrices, les principaux critères de décision restent la disponibilité, la fiabilité et le prix du matériel. Or les vertus qu'elles attribuent au digital – la facilité de recherche (31 %), la rapidité (29 %) et l’accès à un catalogue plus large (28 %) – sont plus marginales à leurs yeux. À cette analyse vient s’ajouter une maturité inégale face aux outils numériques. Quelque 71 % des personnes interrogées assurent ne pas être influencées par les avis, commentaires et autres notations. Encore plus significatif, 74 % ne réclament pas d’un loueur qu’il propose une offre en ligne.
 
On l’aura compris, le rapport humain reste encore fondamental dans le secteur ; 96 % des répondants reconnaissent d’ailleurs privilégier les loueurs de référence disposant d’un réseau physique de proximité, et ce quelles que soient les catégories de produits. Les modes de contact plébiscités pour le passage de commande restent donc le téléphone prioritairement, ainsi que la rencontre directe. Seules des entreprises de taille intermédiaire (ETI) et grandes (GE) préfèrent l’usage d’Internet au déplacement physique. Sur cette typologie de clientèle, le numérique séduit. Ils sont 67 % à se dire prêts à franchir le pas de la location en ligne. Un chiffre qui donne du crédit au modèle d’une offre digitale complémentaire assise sur un réseau d’agences. Une vision partagée par 64 % du panel. Mais, pour qu’un changement notable s’opère, il faudrait que les clients perçoivent un gain plus immédiat tel que la possibilité de vérifier rapidement les informations relatives à un matériel.
 
C’est bien sur ces notions d’accompagnement et de suivi qu’il faut encore convaincre ; 77 % des personnes ayant répondu au questionnaire favorisent encore les échanges de vive voix avec le loueur pour être conseillés. De plus, 18 % continuent de nourrir un doute sur la disponibilité des produits proposés en ligne, alors même que ce critère constitue le premier facteur d’aide à la décision. En revanche, la complexité supposée du numérique ne constitue plus un frein : il ne reste plus que 7 % des TPE pour trouver la location en ligne trop compliquée.
 
Pour lever ces derniers verrous, les loueurs établis semblent encore disposer d’une longueur d’avance. Comme en témoigne le rythme de développement des activités locatives entièrement centrées sur l’intermédiation en ligne ; 2 % des répondants y recourent principalement à ce jour. Charge à ces nouveaux entrants de relever le défi de la confiance et de la pédagogie. Pour les loueurs historiques, l’équation apparaît plus simple à résoudre : capitaliser sur une position privilégiée et développer une offre numérique complémentaire. 
 
 

Fabienne Berthet

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus