Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Les nacelles s'adaptent à la nouvelle donne urbaine

| Dossier |

La multiplication des chantiers en ville influence les critères de choix de ces machines à bras articulés ou télescopiques. Tour d'horizon des configurations d'un engin qu'on pensait bien connaître.

Les sites web parasites sanctionnés !
© Genie
Pendant longtemps, la hauteur et le déport étaient les principaux critères de choix des utilisateurs de nacelles. C’est moins le cas aujourd’hui. Si ces deux paramètres restent bien entendu prioritaires, ce ne sont plus forcément les seules, confirme Christophe Lecarpentier, en charge du marketing de JCB France. « Avec la multiplication des chantiers urbains et sous la pression des collectivités locales, la réduction des émissions de CO2 et des nuisances sonores entre de plus en plus en ligne de compte. » Des matériels de plus en plus en plus silencieux et plus propres sont attendus, donc, mais aussi plus compacts. Dans certains cas, des loueurs vont même jusqu'à lorgner en direction des chariots télescopiques, certes, beaucoup plus chers, mais qui ont l'avantage d'être polyvalents une fois équipés d'un panier, d'un treuil ou de fourches. 
 
Encore une fois, tout cela a un prix. Mais la période s'y prête. Après plusieurs années de vaches maigres, le marché redémarre. Des chantiers comme ceux du Grand Paris express ou des JO 2024 redonnent de la visibilité aux professionnels, à commencer par les loueurs dont, d'après les estimations, le marché de la nacelle dépendrait à 80 %. Rien qu'en Île-de-France, plusieurs centaines de milliers de mètres carrés de nouveaux bureaux, de logements, de commerces et de gares vont sortir de terre. Des nacelles, il en faudra. Et même beaucoup ! Les loueurs se mettent à réinvestir, et les fabricants à innover, conscients que leur parc actuel ne correspondra plus forcément aux demandes des prochaines années.
 
Ils savent aussi que certains sujets sont plus sensibles que d'autres, comme c'est aujourd'hui le cas pour les chantiers urbains. Car, si faire tourner un moteur diesel à plein régime ne pose aucun problème lorsque l’on est au beau milieu de nulle part, la tolérance n'est plus la même lorsqu'on intervient à seulement quelques dizaines de mètres d'un immeuble d'habitation ou d'une école.  « Nous sommes en pleine phase de transition, confirme Christophe Rousseau, directeur des ventes de Genie Europe du Sud. Qu’il s’agisse des règles liées aux rejets de particules, aux nuisances sonores ou au recyclage, les chantiers sont soumis à de plus en plus de contraintes, ce qui a évidemment un impact direct sur la conception des machines. »
 
L’énergie : « Voilà le vrai challenge de demain ! » prévient le patron de Haulotte, Alexandre Saubot. La prédiction ne doit rien au hasard. Elle fait suite à la présentation de la HA20 LE et de la HA20 LE Pro, deux nacelles articulées dont la principale particularité est d’être 100 % électriques. Après les moteurs diesels, puis l'hybride, voilà que les professionnels doivent désormais compter avec une troisième famille de produits. Seront-ils prêts à mettre la main au portefeuille pour y faire face ? « Même si le marché redémarre, les prix restent tendus, analyse Christophe Rousseau. Pour convaincre, il faut qu’il y ait une réelle valeur ajoutée. » Chez Genie, cela fait déjà trois ans que les premières nacelles hybrides ont fait leur apparition. Seulement quelques mois après son arrivée sur le marché de l'élévation des personnes avec une gamme de neuf nacelles ciseaux, toutes diesels, JCB enrichissait son catalogue de cinq nacelles supplémentaires, cette fois-ci, toutes électriques, configurées pour intervenir en intérieur. Son premier client, un loueur néerlandais, en aurait commandé... 420 unités !
 
C'est bien connu, le diable se cache dans les détails. Et des détails, il y en a plein sur une nacelle, à commencer par son poids. « Une machine plus légère sera moins chère à transporter », calcule Samuel Viaud, chef de produit pour les nacelles élévatrices de Manitou France. Dans le même esprit, sa conception peut aider à la rendre plus compacte au moment du transport, et ainsi libérer de la place pour le transport d'autres matériels, voire d'une seconde nacelle... « Les loueurs ont longtemps laissé le soin aux constructeurs de prendre en charge les normes qui régissent le marché, poursuit Christophe Rousseau. Mais aujourd'hui, ils vont bien au-delà de ces normes et pensent même à des détails techniques ou à des équipements qui ne sont pas forcément obligatoires. » L'électronique embarquée en est une très bonne illustration. Outre les temps d'utilisation, la position sur le chantier, la consommation de carburant et/ou d'électricité, elle permet aussi de renseigner sur les pièces qui seront bientôt à changer ou sur celles qui posent problème. Autant de précieuses informations pour des loueurs qui se disent prêts à investir de nouveau. Aussi précieuses que la capacité de charge du panier ou la hauteur de travail... 
 

Hakim Bendaoud

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus