Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Les grues télescopiques ont la cote

| Enquête |

Le Grand Paris modifie l'offre locative. Les engins sur chenilles de Sennebogen s'engouffrent dans la brèche et concurrencent les matériels de levage traditionnels.

Les sites web parasites sanctionnés !
La Sennebogen 673 a été exploitée sur le chantier de la tour Hekla. © Sennebogen
Aux travaux d'extension du réseau express de trains et de métros du Grand Paris s'ajoutent les nombreuses infrastructures et bâtiments qui viendront le compléter. Sans compter la densification de certains quartiers, qui voient éclore des logements, bureaux et services… Sur les chantiers, c'est la course à l'armement ! Du coup, la pénurie guette. Parmi les engins les plus convoités, on compte les grues à tour et toute la panoplie des matériels de levage traditionnels. Les parcs des constructeurs tournent à plein, et ce n'est pas beaucoup mieux du côté des loueurs.
 
Dans ce contexte, une solution alternative émerge : faire appel aux grues télescopiques sur chenilles. Cette typologie d'engins était jusqu'à présent rarement usitée en France sur les chantiers de construction. Peu de loueurs en sont d'ailleurs équipés. La société ATM Levage, elle, a investi : début 2018, elle effectuait son premier achat d'une machine Sennebogen (le modèle 643 R). Depuis, elle compte toute la gamme de grues télescopiques sur chenilles de la marque allemande ! Soit sept modèles, depuis la "petite" 613 (16 tonnes) jusqu'à la "grosse" 6113 (120 tonnes).

Peu d'emprise sur chantier

"C'est un pari gagnant : nos machines rentrent à peine dans le parc qu'elles ressortent aussitôt", assure Riadh Tarsim, directeur de ce loueur basé à Valenton, dans le Val-de-Marne. L'énorme avantage de ces engins, dans le contexte contraint des travaux franciliens, provient de leur polyvalence. "Leur largeur et leur hauteur leur confèrent peu d'emprise sur le chantier. Et, contrairement aux grues fixes, ils peuvent se déplacer sur tout type de terrains et télescoper à vide comme à pleine charge, grâce à leur cinématique de flèche sans brochage, tout en offrant une pleine capacité sur 360 degrés", poursuit l'entrepreneur.
 
Fondation, génie civil, souterrain… les grues télescopiques de Sennebogen sont partout. A l'intérieur des tunnels, les formats plus moyens 633 et 643 (respectivement 30 et 40 tonnes) règnent en maîtres. La plus petite (la 613), elle, se glisse directement dans les puits pour la pose de butons, quand les plus grosses (jusqu'à la 6113) emportent les déblais venant de puits ou participent à la manutention et à l'assemblage de structures et d'éléments préfabriqués. Une 673 (70 tonnes) a ainsi été employée très récemment durant trois mois à La Défense, sur le chantier de la tour Hekla.

Aucun assemblage

Les grues télescopiques comptent d'autres atouts dans leur jeu. "Elles sont faciles à transporter, et leur mise en œuvre ne nécessite aucun assemblage sur site", explique Riadh Tarsim. Mieux donc qu'une grue treillis, qui demande un montage puis un démontage de sa flèche, en même temps qu'un contrôle VGP (vérifications générales périodiques). La location peut ainsi se faire sur de longues périodes comme sur de toutes petites, pour des dépannages ponctuels.
 
Les sept machines Sennebogen sont venues compléter le parc d'ATM Levage, composé d'une dizaine de grues mobiles sur pneus Liebherr et de modèles sur chenilles de moins de 15 tonnes du fabricant Maeda. Autant d'engins qui sont loués avec opérateur. Pour contourner le problème de l'embauche de grutiers, une denrée rare, la société, qui compte une quarantaine de salariés, forme ses futurs opérateurs sur place. "Les avantages sont multiples : nous sélectionnons dès le départ des jeunes à fort potentiel et les faisons monter en compétence progressivement. De plus, ils sont aguerris sur nos machines", détaille Riadh Tarsim.

Arnault Disdero

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus