Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Les dernières avancées techniques de Volvo Trucks

| |

Dans l’optique de réduire la consommation de carburant et améliorer le comportement de roulage, le constructeur a amélioré les chaînes cinématiques et ses moteurs de 11 et 13 litres Euro VI pour poids lourds.

 

Les sites web parasites sanctionnés !
Crédit: Volvo Trucks

Déjà avantagé par une faible consommation de carburant, le camion Volvo FH avec I-Save fait partie des heureux élus à bénéficier des nouvelles versions de moteurs et de chaîne cinématique.

 

« Les transporteurs nous ont déjà transmis des données qui confirment la faible consommation du Volvo FH avec I-Save. Nous sommes impatients de voir comment les nouvelles améliorations de la chaîne cinématique renforceront le rendement énergétique »,  a précisé Laurent d’Arnal, directeur commercial chez Volvo Trucks France.

 

En 2020, un essai de consommation sur le trajet du Green Truck Award à Munich (Allemagne), avait en effet dévoilé une consommation de 22,7 litres aux 100 km à une vitesse moyenne de 80,35 km/h. Un record pour cette compétition.

Un comportement de roulage plus fluide

Lancé en 2001, l’I-Shift avait permis de souligner les avantages d’un système de transmission à embrayage pour le passage automatique des vitesses. Et, à présent, les dernières améliorations techniques renforcent encore plus l’interaction entre la boîte de vitesses et le moteur puisque le nouveau fonctionnement de changement de rapport assure un passage plus rapide des vitesses.

Une chaîne cinématique améliorée

En pratique, le constructeur est parvenu à faire baisser la consommation de carburant grâce à une réduction du frottement au sein du moteur et d’un procédé de combustion peaufiné. En outre, la fonctionnalité I-See a été actualisée pour une maîtrise du couple moteur plus intelligente. Elle optimise notamment les performances du moteur en étudiant la topographie de la route à venir et le poids du véhicule.

 

« Bien qu’il soit un peu tôt pour présenter des chiffres précis, nous pouvons dire que nos essais sur le terrain avec les clients sont très prometteurs », ajoute Laurent d’Arnal.

 

Charlotte Divet