Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Le tunnelier Sofia à son terminus

| |

L'équipement du groupement Alliance, emmené par NGE, a terminé sa course le 16 juillet, après un parcours de 3 km. Cette arrivée marque la fin des travaux de génie civil sur le chantier du prolongement de la ligne 11 du métro, qui reliera, en 2023, Mairie-des-Lilas à Rosny-Bois-Perrier, en Seine-Saint-Denis.

Les sites web parasites sanctionnés !
Prolongement de la ligne 11 - © Stéphane Bouquet

Pour fêter l’arrivée du tunnelier Sofia, le 16 juillet, dans la future station Serge-Gainsbourg, située aux Lilas (Seine-Saint-Denis), la RATP avait organisé un événement tout en jeux de lumière et en musique. C’est avec la chanson " Le poinçonneur des Lilas " en fond sonore, que le train-usine piloté par Hélène Pruvost a percé le tympan de l’ouvrage, achevant ainsi le creusement d’un tunnel de 3 km.

 

14 mètres par jour en moyenne

 

La machine, qui s’était élancée en janvier 2020 de la future station La Dhuys, à Rosny-sous-Bois, a progressé à une vitesse moyenne de 14 mètres par jour, enregistrant un record en mars dernier avec 28,2 mètres parcourus en 24 heures.

Dans un premier temps, les équipes du groupement Alliance, constitué de NGE (mandataire), Demathieu Bard, Implenia et Pizzarotti ont travaillé cinq jours sur sept, 24 heures sur 24, puis, à partir de la mi-mars 2021, sept jours sur sept, non-stop.

« Ce changement de rythme nous a permis de gagner un mois, soit la moitié du retard pris pendant le premier confinement », s’est félicité Pierre Florent, directeur du projet de prolongement de la ligne 11 à la RATP. Au total, 200 000 m3 de déblais ont été évacués et 12 796 voussoirs posés. Le tunnelier Herrenknecht va maintenant être démonté. L’opération devrait prendre entre deux mois et demi et trois mois.

 

« Un chantier dans un milieu extrêmement urbanisé »

 

Sébastien Trarieux, responsable du projet secteur souterrain du prolongement de la ligne 11, a rappelé quelques-unes des " péripéties " du chantier. « Comme le site de La Dhuys est très contraint, nous avons dû monter Sofia dans un puits de seulement 36 mètres de diamètre. Puis, le tunnelier est passé sous l’autoroute A3 avec à peine 8 mètres de recouvrement. Il est aussi passé par les rayons de courbure les plus minimaux », a-t-il détaillé avant de féliciter les entreprises et l’ensemble de la maîtrise d’œuvre composée de Systra, Richez Associés et Artelia. « Ce projet a nécessité une adaptation des travaux et des équipes pour limiter au maximum les nuisances car il s’inscrit dans un milieu extrêmement urbanisé. C’est un chantier assez difficile de ce point de vue là », a souligné de son côté Frédérique Gouy, directrice du projet pour le groupement Alliance.

 

Deux stations réalisées en excavation traditionnelle

 

Outre le tunnel de 3 km, le lot de génie civil, d’un montant de 267 millions d’euros HT, comprenait la construction de trois puits de ventilation et de quatre stations souterraines, situées entre 20 et 25 mètres de profondeur – Serge-Gainsbourg, Place-Carnot, Montreuil-Hôpital et La Dhuys –.

Deux d’entre elles (Place-Carnot et La Dhuys) ont été réalisées en excavation traditionnelle, les deux autres en tranchée ouverte avec des parois moulées. La RATP a confié l’aménagement de ces quatre stations à Chantiers Modernes Construction et CBI, filiales de Vinci Construction France), pour 37 millions d’euros HT. La pose de voies débutera en février 2022, assurée par le groupement TSO (mandataire), filiale de NGE, et ETF (Eurovia).

 

La fin des travaux de génie civil

 

L’arrivée de Sofia marque la fin des travaux de génie civil de l’ensemble de l’extension de la ligne 11, qui reliera Mairie-des-Lilas à Rosny-Bois-Perrier. D’une longueur de 6 km, dont 5,4 km en exploitation commerciale, elle comprendra six stations, dont celle de Rosny-Bois-Perrier qui assurera la correspondance avec le RER E puis avec la ligne 15 Est du Grand Paris Express à l’horizon 2030.

 

Une ligne 11 plus confortable

 

La RATP et Ile-de-France Mobilités (IDFM), l’autorité régionale organisatrice des transports, annoncent la mise en service du prolongement en 2023, sans communiquer de date plus précise. Le coût de l’infrastructure s’établit à 1,084 milliard d’euros HT (aux conditions économiques de 2014) auquel s’ajoutent 214 millions d’euros HT pour la modernisation de dix des treize stations existantes. La ligne 11 accueillera un nouveau matériel roulant acquis pour 310 millions d’euros par IDFM. « En plus de renforcer le maillage des transports en commun, ce prolongement va aussi améliorer le confort de la ligne 11 pour les usagers », a conclu Laurent Probst, directeur général d’Ile-de-France Mobilités.

Nathalie Moutarde