Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Le pari électrique de Mecalac

| MecalacPelles hydrauliques sur pneusMECALAC |

Le constructeur s’apprête à lever le voile sur son concept multifonction baptisé « e12 ». Un engin entièrement électrique qui pourrait trouver sa place sur le marché au travers d'un modèle économique inspiré de l'automobile.

Les sites web parasites sanctionnés !
Le concept électrique Mecalac e12 © Mecalac

L'avenir des matériels de construction passera par des motorisations toujours moins émettrices en particules, mais aussi par le déploiement de solutions alternatives au tout thermique. Une mutation qui concernera en premier lieu les chantiers urbains, où les exigences environnementales sont les plus fortes.  

 

En industriel qui a fait de la ville son terrain de jeu, Mecalac l'a bien compris et veut préempter le segment des machines électriques urbaines. Le constructeur annécien a donc décidé de s’appuyer sur un classique de sa gamme - le 12 MTX - afin de développer un nouveau concept équipé de batteries lithium fer phosphate alimentant deux moteurs : l’un dédié à la translation et l’autre à la rotation et aux mouvements du bras.

 

Implantées sous le capot de ce matériel articulé, ces batteries sont sans conséquence sur le design général. Tout juste augmentent-elles le poids de l'engin qui atteint désormais une dizaine de tonnes. Elles offrent, par ailleurs, toutes les garanties de puissance (146 kW), d’autonomie (8 heures), de sécurité (sèches et inertes), mais aussi de durabilité. Là où la technologie lithium-ion permet d’anticiper un millier de cycles de recharge, ce type de batteries peut en supporter 3 000, soit une durée de vie avoisinant les 9 ans. Une longévité équivalente à celle attendue d’une solution thermique.

 

Un modèle économique spécifique

 

La machine pourrait donc répondre au nouveau cahier des charges du marché : exploiter des matériels compacts, performants et plus sobres énergétiquement. Malheureusement, si les entreprises de construction sont prêtes à se tourner vers des machines plus propres, elles ne pourront supporter une explosion des coûts. Or, chacun sait qu'une motorisation électrique autonome va de pair avec un renchérissement du prix à l'achat. Pour résoudre cette équation, Mecalac pourrait donc opter pour une approche commerciale originale basée sur un « leasing » et adossée à un système de financement. Une solution qui éviterait à l’utilisateur de porter le risque lié à l’usage.

 

Un double pari en somme, à la fois technique et économique, qui devrait se concrétiser dès le début d’année 2019.  

 

Jeremy Bellanger

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus