Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Le fossilisateur de Néolithe bientôt en commercialisation

| |

Originaire du Maine-et-Loire, la start-up a inventé un matériel inédit pour transformer les déchets industriels banals (DIB) de chantiers en granulats. Elle prévoit d’ailleurs de livrer la première unité en avril prochain.

 

Les sites web parasites sanctionnés !
Crédit : Néolithe

Chaque année, 30 millions de tonnes de déchets seraient enfouies ou incinérées en France, d’après Néolithe. C’est en partant de ce constat que cette dernière a imaginé une méthode pour redonner une seconde vie aux refus de tri, autrement dit aux déchets industriels banals (DIB) non recyclables.

 

Concrètement, au moyen d’une machine inédite baptisée fossilisateur, d’une capacité maximale de traitement de 20 tonnes par jour, Néolithe propose à des propriétaires et des gestionnaires de plateformes de tri ainsi qu’aux entreprises de BTP et aux carriers de transformer leur refus en Anthropocite c’est-à-dire en des granulats minéraux qui pourront être réutilisés sur des chantiers, notamment dans les sous-couches routières et le béton. Cette innovation s’inscrit donc dans une démarche d’économie circulaire.

 

«  Si dans le secteur de la construction, beaucoup d’entreprises possèdent déjà des chaînes de recyclage en propre pour traiter notamment leurs gravats, nous leur proposons aujourd’hui de trier leur dernière fraction de DIB qu’ils envoient généralement vers des centres d’enfouissement et d’incinération », explique Nicolas Cruaud, président de la start-up.

 

Un matériel unique en son genre

 

Afin de mettre en application le principe de fossilisation pour transformer les déchets en granulats, Néolithe a développé un matériel unique en son genre comprenant une plateforme fixe de 450 m² équipée entre autres de tapis convoyeurs et de trois broyeurs différents.

 

« En fonction du type de matériau que nous souhaitions obtenir, nous avons été chercher des équipements dans différentes industries pour créer notre fossilisateur », précise l’entrepreneur qui préfère néanmoins ne pas trop détailler la configuration de sa machine.

 

Les déchets sont déchargés au moyen d’une chargeuse dans le fossilisateur avant de subir toute une série de réduction par broyage jusqu’à la micronisation et l’obtention d’une poudre de 0 à 500 microns.

 

Bientôt en phase de commercialisation

 

Après avoir testé dès mars dernier, dans son laboratoire de Chalonnes-sur-Loire, un démonstrateur de son fossilisateur, Néolithe installe à présent sur sa plateforme située à 500 mètres la version qu’il envisage de commercialiser.

 

Le montage devrait durer environ une semaine. L’équipementier prévoit ensuite une mise en service du matériel à la mi-septembre et un fonctionnement à sa capacité maximale (20 tonnes par jour) d’ici octobre-novembre.

 

« Plusieurs entreprises, dont certaines intervenant dans le secteur des travaux publics, sont déjà intéressées par notre solution. Nous devrions d’ailleurs livrer notre premier fossilisateur en avril prochain et pensons en vendre huit unités en 2022 », confie Nicolas Cruaud.

 

Il faut compter environ 1,2 million d’euros pour s’offrir cet équipement qui, selon la start-up, peut s’amortir en près de cinq ans en fonction des coûts du marché de l’enfouissement.

 

 

 

Charlotte Divet