Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Le dernier fabricant français de tunneliers met la clé sous la porte

| |

Tunneling Equipment, ex-NFM Technologies, vient d'être mis en liquidation judiciaire. On devait notamment à ce fleuron industriel hexagonal la machine qui creuse le prolongement de la ligne 14 du métro parisien et celle qui vient de terminer le tunnel de reconnaissance de la liaison ferroviaire du Lyon-Turin.

Les sites web parasites sanctionnés !
L'entreprise a notamment construit le tunnelier qui sert au prolongement de la ligne 14 du métro parisien. © Yves Chanoit
Le couperet est tombé : le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) a prononcé la liquidation judiciaire sans poursuite d'activité de Tunneling Equipment. Cette décision, qui met fin à long feuilleton, acte la disparition de l'industrie française dans le paysage de la fabrication de tunneliers de très grands diamètres, en dépit de l'engouement pour ce gigantesque engin à l'heure des grands chantiers souterrains un peu partout sur le globe.
 
Avant de s'appeler Tunneling Equipment, l'entreprise se nommait NFM Technologies et constituait un fleuron hexagonal. Née du rapprochement des activités mécaniques de Creusot Loire Framatome et du grenoblois Neyrpic, elle avait été lancée sous licence Mitsubishi en 1988. Mais les difficultés se sont fait sentir dans les années 2000, avec des commandes qui tardaient à venir et des dettes qui s'accumulaient. Le rachat par le chinois NHI en 2007 n'y a rien fait, malgré un chiffre d'affaires qui s'était envolé, passant de 90 millions d'euros en 2011 à 165 millions en 2015 grâce à une politique commerciale agressive. Cependant, des retard de livraison et la baisse de qualité qui ont suivi auront eu raison du tunnelier "made in France".
 
Placée en redressement judiciaire en août 2018, la société employait encore 150 personnes à cette date. C'est le groupe allemand Mühlhäuser qui avait alors été choisi, plutôt que le français Altifort, pour reprendre les activités. En dépit d'une reprise en main drastique, avec le départ de deux tiers des employés, Tunneling Equipment n'avait pas été en mesure de redresser la barre, n'emportant aucun appel d'offres, les dernières commandes (Lyon-Turin, métro de Londres, prolongement de la ligne 14 du métro parisien, métros du Caire et d'Athènes) datant de 2016. L'atelier du Creusot (Saône-et-Loire) et les bureaux lyonnais (Rhône) devraient trouver repreneur, plusieurs entreprises s'étant positionnées. La cinquantaine de salariés de Tunneling Equipment, qui avaient été mis au chômage technique, espèrent quant à eux un reclassement.
 
L'entreprise Mining Equipment, par l'intermédiaire de son vice-président Matt Pope, tient à faire savoir que ses activités n'ont rien à voir avec celles de Mühlhäuser, dont il n'a racheté que la propriété intellectuelle sur ses brevets et le nom. L'acquisition de NFM Technologies par Mühlhäuser avait donné lieu à une entité juridique qui n'avait pas été reprise par Mining Equipment.

 

Arnault Disdero