Le D6K passe en série 2

|

Les sites web parasites sanctionnés !
Le D6K passe en série 2 © Gilles Rambaud
C’est le dernier-né de l’usine de Grenoble. Bienvenu au D6K2, un bouteur de 13,3 t. Sa lame a été rallongée par rapport à celle du D6K tout en restant repliable en moins de 3 m pour adopter une position transport. A cette innovation mécanique s’en ajoute une autre, électronique : le « Stable blade control » (« Contrôle de stabilité de lame »). Un capteur gyroscopique a été placé dans la rotule articulant la lame. Celui-ci mesure les efforts subis, renvoie ces informations à un calculateur qui va automatiquement – et instantanément – adapter la course des vérins selon la force de poussée. A faible résistance, la lame peut faire d’amples mouvements. A forte résistance, elle est limitée. « Ce système évite de laisser des ondulations sur le sol, un phénomène qui se produit quand l’opérateur force trop. Une erreur très courante », explique Jean-François Villard, responsable de cette machine chez Caterpillar. Le train de roulement a été modifié par rapport à la version précédente. Des galets ont été ajoutés en haut (il y en a maintenant deux) et en bas (huit). Mieux tenue, la chenille gagne en adhérence et en traction.