Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Le câble passe aussi en montagne

| |

En plein cœur des Pyrénées, deux blondins permettent l’approvisionnement d’un vaste chantier. Des délais d'exécution courts, entre autres contraintes, ont imposé ce choix à l'entreprise GTS.

Les sites web parasites sanctionnés !
Un blondin permet d'approvisionner le chantier du barrage de l'Oule (65) © © Pascal Le Doaré
L’énoncé du problème est simple : transporter les éléments nécessaires à la modification d’un évacuateur de crue sur le barrage de l’Oule, dans la vallée d’Aure (Haute-Pyrénées). Sa résolution, en revanche, l’est beaucoup moins. Face à des contraintes d’accès – touristiques, environnementales, climatiques –, mais aussi de délais, l’entreprise GTS a exploré diverses possibilités avant d’arrêter son choix sur les matériels qui prendraient en charge cet acheminement.
 
Si l’hélicoptère pouvait apparaître comme une solution crédible en termes de coût, les conditions météorologiques incertaines dans la région et les risques encourus lors des opérations de déchargement se sont vite avérés rédhibitoires. Une autre piste a été étudiée. Il s'agissait d'un système couplant un blondin pour descendre les matériaux dans la vallée et deux grues à tour pour atteindre la zone de réception. à la fois plus onéreuse que le système retenu et bien plus complexe en termes d’installation, cette approche aurait, de surcroît, nécessité des opérations de montage et de démontage des grues qui, même savamment positionnées sur la pente, n’auraient pas permis de couvrir la distance recherchée. 
 
C’est donc finalement une solution de transport par câble qui a le mieux su répondre à l’ensembledes exigences. L’installation se compose d’un blondin principal qui permet de faire descendre le chariot de 5 t de charge maximale d’utilisation sur une distance de 700 m jusqu’à une zone de transfert. Arrivés sur cette passerelle munie d’un tronçon de voie de 20 m, les matériaux sont ensuite conduits à l’aide d’un lorry et d’un treuil électrique vers un second blondin afin de couvrir les 400 derniers mètres à l’aide d'un chariot de même capacité. Désormais éprouvées après plusieurs années d’utilisation, ces installations trouvent tout leur sens sur les projets en accès difficile qui réclament une véritable continuité en réponse à des délais d'exécution courts. Même si le brouillard est dense et que le vent atteint 60 à 70 km/h, elles pourront fonctionner normalement, là où un hélicoptère sera cloué au sol et que les grues à tour toucheront leurs limites. C’est en tout cas la conclusion tirée par la filiale du groupe NGE qui ne peut se permettre d’interrompre régulièrement ses approvisionnements si elle entend mener ses travaux à bien d’ici à octobre 2017.

Jeremy Bellanger

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus