Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

La réglementation se durcit

|

Les sites web parasites sanctionnés !
La réglementation se durcit © Lapro
S’il n’est pas correctement ajusté, un masque de protection respiratoire ne sert à rien. Tel est en substance le message de sensibilisation envoyé par l’INRS en direction des entreprises spécialisées dans le désamiantage. Depuis le 14 mars dernier, ce message est appuyé d’une obligation (JORF n° 0062 page 4466) : celle de réaliser un test pour s’assurer de la parfaite étanchéité des masques. Baptisé Fit-Test, ce test d’ajustement doit prendre en compte la morphologie du visage de chaque opérateur (port de lunettes, barbe, lentilles de contact, etc.) ce qui pour Pierre Hugounet, directeur marketing de Lapro, fournisseur d’équipements de protection spécialisés dans le désamantiage, ne va pas sans poser problème : « Envoyer un technicien à Brest ou à Marseille représente un surcoût de 70 à 80 euros par employé à équiper, et je ne parle même pas des frais de déplacement. » L’autre obligation porte sur les vêtements de protection qui, eux aussi, doivent désormais être étanches, et donc, disposer de coutures soudées ou couvertes. « Pour l’instant, aucun fabricant de vêtements ne dispose de ce type d’équipement. Sans compter que là encore, les prix augmenteront mécaniquement. Un opérateur réalise par jour en général trois rotations de 2 heures. Et pour chacune de ces rotations, celui-ci doit endosser une combinaison neuve. Le surcoût est facile à imaginer lorsque l’on sait que certaines entreprises commandent plusieurs dizaines de milliers de combinaisons par an. Tout ceci n’est qu’un avant-goût de la prochaine échéance. Fixée en 2015, celle-ci prévoit de diviser par dix la valeur limite d’exposition à la poussière d’amiante des travailleurs qui y sont exposés. Et le taux d’empoussièrement sera décomposé en trois niveaux. Le choix des systèmes respiratoires pour alimenter les opérateurs dépendra alors de ces niveaux. Cette future échéance pourrait bien signer la fin des masques à cartouches filtrantes utilisés habituellement, au profit des masques à adduction d’air qui isolent complètement de l’environnement pollué mais sont également plus coûteux à mettre en œuvre.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus