Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

La Phase V, une obligation opportune

| Dossier |

Les motoristes ont embrassé la norme européenne. Compacité et performances sont au rendez-vous, avec souvent des baisses de consommation et une maintenance plus espacée.

Les sites web parasites sanctionnés !
Le B6.7 présenté à Bauma offre 30% de couple de plus que la version Phase IV. © Cummins

les dernières occasions Blocs moteur - embiellage - piston - segmentation

blumaq pochette

Komatsu Blocs moteur - embiellage - piston - segmentation

Le règlement 2016/1628, dit "Phase V", est entré en vigueur le 1er janvier dernier pour les moteurs développant des puissances inférieures à 56 kW (75 ch) et supérieures à 130 kW (174 ch). Il sera mis en œuvre pour l'ensemble des motorisations à compter du 1er janvier 2020. Pour faire face aux limitations d'émissions de gaz et particules polluants, les constructeurs ont été obligés de revoir leurs gammes de matériels. La nouvelle norme implique d'intégrer le plus souvent un filtre à particules (FAP) dans le système de post-traitement, en plus du dispositif de réduction catalytique sélective (SCR) qui s'était systématisé lors du passage à la Phase IV.
 
La principale difficulté a consisté à minimiser l'encombrement supplémentaire lié au FAP : pas question de voir les engins prendre un embonpoint pénalisant pour des travaux toujours plus contraints. Les motoristes (Cummins, MAN Engines, Deutz, Kohler…) ont ainsi fait plancher leurs ingénieurs pour réduire la taille de leurs modèles. Mais leur cahier des charges impliquait aussi de garder les performances à l'identique sans trop enrichir le prix du moteur. Ou bien, comme Caterpillar avec son C4.4, ils proposent de nouveaux modèles plus économes en carburant.
 
Reste que le FAP suppose une régénération, passé un certain nombre d'heures d'utilisation. Un entretien supplémentaire qui n'est pas du goût de tous… D'où les travaux des motoristes, comme Volvo Penta ou d'autres, pour augmenter le pas de maintenance de l'ensemble des éléments moteurs. Enfin, les constructeurs d'engins ont profité de l'injonction européenne pour mettre à jour leurs gammes en créant de la valeur, à travers de nouvelles cabines, commandes, accessoires, etc. Ici, point de saut technologique, mais des améliorations somme toute très disparates.
 

La preuve par l'exemple

Cummins a développé toute une gamme de moteurs conformes à la Phase V. Loin de se contenter d'être conformes à la norme environnementale, le motoriste promet que ses nouveaux modèles disposent de davantage de puissance et de couple, et sont plus faciles à installer. En outre, la maintenance serait moindre qu'avec les moteurs de la précédente génération. Le B6.7 présenté à Bauma offre ainsi 30% de couple de plus que la version Phase IV, avec une puissance de 243 kW. Le F3.8 se présente, lui, comme un pack complet facile à intégrer et disposant de l'ensemble de post-traitement des émissions, du radiateur et du système de refroidissement. La gamme des nouveaux moteurs Phase V de Cummins s'étend de 75 à 503 kW.

Arnault Disdero

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus