Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

La grue ferroviaire au cœur de la modernisation du réseau

| |

Pour augmenter le rythme de renouvellement des aiguillages sur le réseau ferré, SNCF Réseau a récemment mis en place une méthode dont la grue mobile ferroviaire Kirow est la clef de voûte.

Les sites web parasites sanctionnés !
La grue Kirow KRC900 assure le levage d'un appareil de voie © Valentine Pedoussat

Depuis plusieurs années, le rajeunissement de l’infrastructure ferroviaire nationale est devenu une priorité absolue pour son gestionnaire et propriétaire ; un impératif dramatiquement symbolisé par le déraillement intervenu en gare de Brétigny-sur-Orge, en juillet 2013. Outre le renouvellement de la voie, celui des aiguillages (ou appareils de voie/ADV) a donc fait l’objet de profondes réformes, tant dans les méthodes que dans les engins employés, en vue d’améliorer les rendements. Or, si le système composé de plusieurs portiques et lorrys a depuis longtemps fait la preuve de son efficacité dans la pose des ADV, ce procédé ne pourra pas permettre, à lui seul, d’atteindre l’objectif fixé pour 2017 de 500 appareils renouvelés durant l’année.

 

Inspirée par une  approche éprouvée sur d’autres réseaux européens tels que la Suède, l’Autriche ou la Suisse, SNCF a donc décidé de transporter à l’aide de wagons pupitres des appareils déjà assemblés. Mais une fois arrivé sur site, encore faut-il disposer d’une capacité de levage adaptée aux opérations de pose : c’est là qu’intervient la fameuse grue Kirow. Un matériel existant de longue date, mais rarement utilisé en France jusqu’à présent. Dans l’attente de l’homologation d’un modèle de 120 tonnes de capacité de charge, SNCF Réseau doit aujourd’hui se contenter de la KRC900 pour ses chantiers. Capable de lever 90 tonnes avec sa flèche de 25 mètres, cette grue possède néanmoins les moyens de manipuler des éléments d’une vingtaine de tonnes, allant de 20 à 25 mètres de long. Des performances amplement suffisantes pour accomplir sa mission et contribuer à installer trois aiguillages en 5 à 6 heures de moins qu’avec une méthode classique. On regrettera seulement l’absence de centre de gravité automatique sur la poutre de levage qui contraint les équipes à effectuer des simulations sur base arrière en amont des travaux.

 

Dotée de ce système, la très attendue KRC1200 résoudra cette dernière problématique tout en permettant des levages d’appareils de 30 tonnes pour 30 mètres de long. Sans compter que cette capacité de charge accrue n’impose pas de l’utilisation d’un transport exceptionnel, contrairement à sa grande sœur : la KRC1600.

Jeremy Bellanger

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus