Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

La fièvre des enchères

| |

Au milieu du brouhaha des enchères, mieux vaut avoir les idées claires et s’armer de toute la documentation à disposition pour faire le bon choix le moment venu.

Les sites web parasites sanctionnés !
Des matériels d'occasion lors d'une vente Ritchie Bros © Jérémy Bellanger
La dernière vente aux enchères organisée par Ritchie Bros sur son site français de Saint-Aubin-sur-Gaillon dans l'Eure n’a pas échappé à la règle. Regroupées par familles dans des alignements interminables, les machines sont passées chacune à leur tour « sur la rampe ». Une scène sur laquelle les machines défilent comme des mannequins devant des enchérisseurs installés dans les sièges d’un amphithéâtre, quand ils ne sont pas debout dans les travées bondées. La foire d’empoigne peut alors commencer entre ces professionnels chauffés à blanc et encouragés par le débit mitraillette du commissaire-priseur. Un chaos typique des ventes aux enchères dont il faut pourtant s’extraire pour réaliser une bonne affaire.
 
Garder la tête froide dans un contexte aussi brûlant n’est pas chose aisée. Pour y parvenir, l’acheteur doit pouvoir fonder sa décision sur des éléments tangibles. Or le seul outil à sa disposition reste la cote de référence des matériels – à ne pas confondre avec une cote de marché –, émise par la Fédération nationale des travaux publics (FNTP). En intégrant l’année, les heures travaillées, le modèle… il pourra déjà se faire une idée de la durée de vie et de l’amortissement à intégrer dans sa réflexion. Charge à lui, ensuite, de moduler cette valeur en fonction de sa connaissance du marché, des spécificités et de l’état de la machine. Cette méthode, tout enchérisseur bien organisé doit se l’appliquer, y compris celui venu de l’étranger. Car peu importe le prix d’une machine dans son pays d’origine ; seule sa cotation sur le territoire où se déroule la vente compte. Un constat qui tient de l’évidence, mais qu’il n’est pas inutile de rappeler au jour où plus de la moitié des enchérisseurs sont extérieurs au marché où se déroule la vente. Mieux vaut donc s’être dûment renseigné sur le marché local avant de participer. 
 
L’impératif est d’autant plus prégnant lorsque l’acheteur en question n’est pas présent physiquement. Comme en témoignent les écrans installés dans la salle des ventes qui rendent compte en temps réel des positions prises par chacun, de plus en plus de professionnels n’hésitent pas à surenchérir derrière leur ordinateur. Une numérisation qui suppose une diffusion en ligne de la cote afin que le professionnel basé à Singapour puisse disposer du bon niveau d’information. D’où les travaux réalisés en ce sens au sein de la FNTP. Car une chose est certaine : que l’on soit étranger ou français, présent physiquement ou assis derrière son écran à Los Angeles, difficile de se faire une idée claire de la valeur d’un matériel et espérer faire une bonne transaction sur le sol français sans accéder à la cote depuis sa tablette, son ordinateur ou encore son Smartphone. 

Jeremy Bellanger

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus