Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

"L’échafaudage : plus que trois bouts de ferraille que l’on assemble"

|

Jacques Frenehard, président du syndicat français de l’échafaudage, du coffrage et de l’étaiement (SFECE), rappelle l'importance de la formation initiale pour un métier bien plus technique qu'il n'y paraît.

Les sites web parasites sanctionnés !
Jacques Frenehard, président du syndicat français de l’échafaudage, du coffrage et de l’étaiement (SFECE) © SFECE

Avez-vous des difficultés à trouver des salariés ?

Il n’existe pas de formation initiale pour faire du montage d’échafaudage, si ce n’est le lycée professionnel Benjamin Franklin à La Rochette (77). Il dispense depuis trois ans une formation complémentaire d’initiative locale (FCIL) d’un an avec deux stages en entreprise et qui débouche sur une qualification (CQP) et une formation au montage d’échafaudage. Les stagiaires sont formés sur le montage, démontage, la sécurité au travail, ainsi qu’en français, maths et physique.

Nous recrutons des jeunes qui sont formés au fur et à mesure au sein de l’entreprise, alors que nous aimerions recruter des jeunes déjà formés qui auraient la possibilité d’évoluer. On pense toujours que l’échafaudage, ce sont trois bouts de ferraille que l’on met ensemble, mais quand vous regardez des grands chantiers, que vous échafaudez un système autour d’une cathédrale et que vous montez à 150 mètres de hauteur, il y a des calculs de charge compliqués à réaliser et le principe de montage est fondamental. Une erreur, c’est un accident. La formation est essentielle.

 

Quelles actions envisagez-vous cette année dans ce domaine ?

Nous travaillons sur une autre FCIL près de Nantes. Par ailleurs, nous avons signé un accord avec la branche risques professionnels de la Cnam pour valider des formations pour les utilisateurs (peintres, maçons...) qui portent sur les règles de sécurité et l’utilisation des produits. Nous avons audité tous les formateurs qui vont délivrer cette formation afin de les accréditer. Jusqu’à présent, il n’y avait pas de validation des organismes de formation, nous n’avions aucun contrôle.

 

Votre action porte également sur la qualité des produits et son utilisation…

Le client ne sait pas toujours ce qu’il en est quand il achète une prestation pour un échafaudage. On essaie d’expliquer aux entreprises que le montage des échafaudages doit être confié à un professionnel qui a signé notre charte et qui l’engage à utiliser un matériel conforme et à respecter les règles de sécurité. Très souvent, c’est l’entreprise qui monte son propre échafaudage, comme elle le peut. Les entreprises ne sont pas toujours conscientes du risque. En 2017, nous voulons travailler en direction des entreprises utilisatrices sur les pratiques, les règles et les normes.

 

Propos recueillis par Orianne Dupont

 

Retrouvez l'intégralité de cet entretien sur LeMoniteur.fr

 

 

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus