Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

José Monfront : « Nous allons accroître nos dépenses de R&D »

|

Les sites web parasites sanctionnés !
José Monfront : « Nous allons accroître nos dépenses de R&D » © Matériels et chantiers
Haulotte Group a passé la crise au prix de mesures sévères, explique son directeur général délégué, qui expose les axes stratégiques du constructeur pour la reprise.

Quelle est la conjoncture à présent ?
En France, comme en Europe, on observe des signes de reprise, que je qualifierais de reprise technique. En revanche les marchés asiatiques, dont la Chine, et le Brésil, se portent bien. Je ne m’attends pas à une reprise en Europe avant 2011. Le marché américain aura redémarré un peu avant.

Quelle a été la raison de la reprise de l’Américain Bill Jax ? Avez-vous l’intention d’exporter ses échafaudages depuis ses bases ?
Avec Bill Jax nous avons acquis un réseau américain, une unité de production et des nacelles sur remorque qui complètent notre gamme comme des nacelles sur porteur pourraient le faire – ce serait une opération intéressante en cette période de boom de l’éolien – y compris sur VL. Mais nous n’avons pas de volonté d’importer ses échafaudages en France.

Vous avez fait une incursion dans la location de nacelles. Est-t-il dans la nature des industriels d’être des loueurs ?
Pourquoi pas. Il y a une chaîne logique entre le concepteur-assembleur que nous sommes et la mise à disposition de nos machines. Il n'est pas exclu, en retour, que des loueurs rachètent des constructeurs.

Est-ce bien dans votre logique de construire des chariots à portée variable ?
Tous les grands constructeurs de nacelles le font...

Comment envisagez-vous la reprise ?
Elle peut poser des problèmes en termes de réactivité des sous-traitants et des fournisseurs de composants. Quant à nous, il nous a fallu réduire nos coûts fixes de 25% sans sacrifier nos moyens. En revanche nous pourrions accroître la part de notre chiffre d’affaires qui va à la R&D, 3% à présent, dans la mesure où il va nous falloir concevoir des produits différents selon les machés et les pays que nous visons.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus