Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Herrenknecht souhaite des mesures de l'UE face à l'ogre chinois

| |

A l'horizon 2021-2022, le constructeur aura une vingtaine de tunneliers en service sur le Grand Paris Express. Cela n'empêche pas le géant allemand de craindre la concurrence venue de l'empire du Milieu, qui a signé ses deux premiers contrats en France. A quelques jours des élections européennes, Martin Herrenknecht en appelle à une régulation des autorités.

Les sites web parasites sanctionnés !
Le Grand Paris Express remplit le carnet de commandes d'Herrenknecht. © Arnault Disdero / Le Moniteur Matériels
Herrenknecht a un carnet de commandes bien rempli. Au plus fort des travaux du Grand Paris Express, l'entreprise comptera une vingtaine de ses machines à l'oeuvre. Auteur d'un chiffre d'affaires de plus de 1,3 milliard d'euros l'an passé dont quelque 300 millions dus au seul Grand Paris Express, le constructeur allemand de tunneliers, qui ne compte pour ainsi dire plus de concurrents en Europe (seul le français NFM Technologies pourrait renaître de ses cendres, après une mauvaise expérience sous pavillon chinois), n'est pourtant pas rassuré. Après lui avoir acheté quatre de ses modèles pour creuser des portions du futur grand réseau francilien, le groupement Salini-NGE vient de passer commande de deux machines auprès de la société Creg (China Railway Engineering Equipment Group), propriété de l'Etat chinois.
 
Face à ce revers, Martin Herrenknecht, patron de la société allemande, n'a pas de mots assez forts. "La Chine cherche à constituer un monopole, en rachetant toute concurrence. S'ils y parviennent, les prix s'envoleront vite", prévient-il. Et de continuer : "Pour nous prévenir de ce dumping, il faut une Europe forte. Je crois qu'Emmanuel Macron, le président français, a compris les intérêts des industriels européens vis-à-vis de cette menace." Un appel à une régulation par les institutions européennes qui trouve un écho dans le manifeste rendu public en février dernier par le CECE, le syndicat des constructeurs européens (à lire ici, en anglais).
 
A ceux qui pointent une éventuelle surcapacité du géant allemand, qui ferait craindre des délais de livraison et des retards de chantier, Martin Herrenknecht est ferme : "Cet argument est fallacieux. Nous sommes en mesure de fournir tous les tunneliers du Grand Paris." Le constructeur serait ainsi capable de produire pas moins de seize unités de son modèle phare, l'EPB Shield, en même temps et rien que dans son usine de Schwanau, sur un délai de trois mois. Soit un total d'une soixantaine de machines. Ce qui laisse de la marge, compte tenu que de ce site de production sortent actuellement une quarantaine de tunneliers chaque année.

Arnault Disdero

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus