Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Eiffage roule au gaz

| |

Dans le cadre du chantier du Grand Paris Express, le groupe a fait l'acquisition de quinze Volvo FH fonctionnant au GNL. Ils assureront l'évacuation des déblais du lot 1 de la ligne 16.

Les sites web parasites sanctionnés !
Les camions au GNL émettent moins de CO2 pour des performances similaires aux modèles diesel. © Visavu
Parmi les gigantesques travaux du Grand Paris Express, Eiffage gère notamment le lot 16.1, qui se situe entre Saint-Ouen et Aulnay-Sous-Bois (partie ouest de la ligne 16), avec une mise en service prévue en 2024. Pour le groupe, ce chantier représente cinq gares et vingt-et-un ouvrages annexes, 19,6 km de création de ligne de métro avec trois diamètres de tube différents, six tunneliers et... six millions de tonnes de déblais.
 
Pour transporter ces matériaux, Eiffage, qui a fait de la transition écologique un des axes clés de son plan stratégique, a opté pour un transport multimodal le plus propre possible. Le transport routier vient ainsi compléter le transport fluvial. "La solution au gaz naturel liquéfié (GNL) proposée par Volvo Trucks nous est apparue parfaitement adaptée à notre besoin et à nos enjeux. Ces véhicules innovants nous permettent d'effectuer nos missions avec la même efficacité que des véhicules diesel, tout en étant plus respectueux de l'environnement", explique Alain Bertoni, directeur du matériel d'Eiffage Génie civil.

Bientôt des prototypes à l'hydrogène

Les motorisations au GNL proposés par Volvo Trucks, disponibles sur les gammes FH et FM, sont équipées de filtres à particules et de système de réduction catalytique des NOx (SCR avec injection d'AdBlue). Elles permettent de réduire les émissions de CO2 de 20% par rapport au diesel, voire de 100% avec l'utilisation du bio-GNL, tout en conservant des performances identiques (couple, puissance, charge utile, vitesse, fiabilité, etc.), en réduisant la consommation et en offrant une autonomie jusqu'à 1000 km.
 
"Nous suivons de très près les différentes solutions de transport bas carbone. Il s'agit d'un enjeu stratégique pour notre groupe. Et nous souhaitons nous positionner comme précurseurs dans ce domaine. Nous avons d'ailleurs mis en place un partenariat avec le Commissariat à l'énergie atomique pour développer prochainement des camions électriques avec pile à hydrogène", révèle Alain Bertoni.

Arnault Disdero