Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Des pelles à câbles s’attaquent au Grand Paris

| Reportage |

Spie Fondations a fait l’acquisition de deux porteurs de forte capacité de la marque bavaroise Sennebogen pour le chantier de la ligne 15 du Grand Paris Express.

Les sites web parasites sanctionnés !
L'une des deux pelles à câbles 6140HD livrées par Sennebogen © Spie Fondations
Pour assurer les travaux de la ligne 15 sud du Grand Paris Express, Spie Fondations, filiale du groupe Spie Batignolles, a fait l’acquisition de deux pelles à câbles 6140HD de Sennebogen. Le chantier qui porte sur les fondations spéciales des futurs ouvrages du lot « T3C » est situé entre Fort d’Issy - Vanves - Clamart et Villejuif - Louis-Aragon. Dix-huit mois de collaboration ont été nécessaires
au constructeur bavarois et à l’exploitant pour développer, produire et mettre au point ces deux nouveaux porteurs inédits dans l’offre actuelle de la marque. « Sennebogen a su répondre à nos attentes spécifiques. Ces engins dont la capacité et la puissance sont inégalées sont aussi dotés d’une grande polyvalence, avec une classe de tonnage qui s’échelonne entre 120 t et 140 t. En pratique, la machine peut se monter en plusieurs configurations qui vont être mises en œuvre immédiatement sur les chantiers de la ligne 15 sud, avec deux postes de forage de parois moulées à la rotoforeuse : le premier en “mode paniers” où l’alimentation hydraulique de la rotoforeuse et l’accompagnement de la manche à boues sont assurés par un système de paniers suspendus et asservis de part et d’autre de la flèche ; le second en “mode enrouleurs”, où l’alimentation hydraulique de la rotoforeuse et l’accompagnement de la manche à boues fonctionnent, dans ce cas, via des enrouleurs. Deux configurations de travail qui vont permettre de réaliser des travaux de parois moulées jusqu’à 1 800 mm d’épaisseur, à des profondeurs pouvant atteindre 100 m », évoque Richard Lohier, directeur matériel chez Spie Fondations.
 
Dédié à de multiples usages, l’engin, à mi-chemin entre la grue et la pelle à câbles, peut indifféremment réaliser des travaux de levage ou des travaux dynamiques avec différents outils tels que grappin, benne preneuse, benne à parois, louvoyeuse, mât de battage... Il a également vocation à travailler en milieu urbain, à proximité immédiate des zones habitées. L’aspect environnemental a donc été pris en compte. Le moteur V12 de 27 l de cylindrée de la 6140HD répond aux standards antipollution de la phase IV, « devançant ainsi les impositions réglementaires en termes d’émissions polluantes », poursuit Richard Lohier. Ce qui n’empêche pas une motorisation performante et adaptée aux ouvrages du Grand Paris de grande dimension, tant en épaisseur qu’en profondeur. Sennebogen a fait le choix d’un moteur de 708 kW, qui pourra satisfaire aux besoins de levage de l’engin évidemment, mais aussi et surtout à l’alimentation des outils hydrauliques de fortes capacités. Ainsi, le porteur 6140HD délivre-t-il jusqu’à 550 kW utiles à la future rotoforeuse 3XL actuellement développée par Spie Fondations.
 
Passage obligé, Sennebogen a veillé, au cours du programme de développement de son nouveau produit, à satisfaire aux dernières exigences en termes d’ergonomie et de sécurité au travail. La 6140HD intègre des capotages de tourelle qui permettent la mise en œuvre de passerelles latérales équipées de garde-corps et sécurisées. De même, des accès, des platelages et des lignes de vie ont été installés sur la section supérieure de la flèche pour prévenir les risques de chute au cours des opérations de montage ou de maintenance. « Ce n’est pas un standard normé mais un vrai choix d’investir dans ce type d’équipement », assure Richard Lohier. Côté technologie, Sennebogen a développé un écran tactile de contrôle et de commande des fonctions de forage en cabine. « Le constructeur a su intégrer les systèmes de contrôle, de gestion des pressions sur les têtes de forage, d’interface homme/machine », conclut Lucas Labaune, ingénieur matériel et chef de projet chez Spie Fondations. 

Fabienne Berthet

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus