Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Dans les tunnels ne rentre pas qui veut

| |

Les travaux souterrains peuvent se révéler propices au marché de la location. Encore faut-il disposer d'un parc adapté et d’une expertise avérée.

Les sites web parasites sanctionnés !
Une pelle tunnel louée par CFE intervient dans un tunnel. © CFE
Très cyclique, le marché des travaux souterrains s’apprête à vivre son big-bang avec l’expansion programmée des chantiers du Grand Paris. Un pic d’activité d’une quinzaine d’années qui ouvre des perspectives aux loueurs spécialisés alors que les entreprises ne disposent pas (ou plus) de moyens matériels et techniques en nombre suffisant. Un scénario qui a de quoi nourrir de nombreux appétits, mais qui pourrait également déboucher sur de sévères désillusions. Et pour cause ! On ne s’improvise pas spécialiste du souterrain du jour au lendemain. Trop de barrières à l’entrée.
 
La première d’entre elles porte sur la nature des engins qu’il faut savoir mettre à disposition. Un coup d’œil sur le parc d’un acteur reconnu comme CFE Location permet de se faire une idée de la gamme à déployer. « Depuis nos robots Brokk jusqu’aux pelles tunnel et autres excavatrices de 45 t, en passant par des pelles de 7 à 8 t à la motorisation et à l’hydraulique dopées pour accueillir des outils lourds, nous disposons de matériels configurés pour intervenir dans ce type d’environnement », détaille le directeur général de l’entreprise familiale, Philippe Dury. Mais, au-delà des seuls actifs, la capacité à faire évoluer ses solutions en fonction de la demande est un autre prérequis pour exister sur ce marché. « Nous devons analyser les contraintes d’exploitation des clients pour construire des réponses ad hoc face à des demandes plus ou moins détaillées », poursuit le dirigeant. Impossible, dès lors, de se contenter de réponses sur étagère.
 
Il faut savoir adapter les machines. Parfois simples, ces interventions peuvent s’avérer plus complexes ; ainsi l’intégration de systèmes hydrauliques permettant la reconnaissance d’outils, ou encore l’installation de l’outil en bout de flèche plutôt qu’en bout de balancier. Autant de prestations qui supposent de s’appuyer sur un atelier composé de techniciens aguerris. Nombreuses, les pièces du puzzle réclament du temps pour être mises en place. CFE s’est lancé dans le souterrain il y a seize ans et se présente en tant que spécialiste du genre depuis seulement dix ans. Un apprentissage qui a permis de mieux préparer les engins à ces environnements. « Dans ces milieux, les matériels souffrent. Il faut anticiper ces conditions de travail, mais aussi accepter que la panne ou la casse ne puissent être complètement abolies. D’où l’importance d’agir vite, avec des professionnels compétents, et en coordination avec le client. »
 
Difficile, dans ces conditions, d’imaginer un nouvel entrant valider toutes les cases pour s’imposer sur ce marché.

Jeremy Bellanger

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus