Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

Atlas reprend TIM, fabricant de cabines d'engins de chantier

| CabinesAtlas |

Le tribunal de commerce de Lille a désigné le 26 juillet la société du Bulgare Fil Filipov, comme repreneur de cette usine basée à Quaëdypre (Nord), permettant de préserver 446 des 470 emplois.

Les sites web parasites sanctionnés !
Une pelle Atlas © Jérémy Bellanger

En redressement judiciaire depuis janvier après avoir plongé dans la crise en raison notamment d'une forte baisse des commandes de son principal client, Caterpillar, pointant des "défaillances en matière de qualité" de sa part, l'entreprise nordiste TIM risquait la liquidation et la disparition de ses 470 emplois.

 

Deux offres de reprise avaient initialement été déposées au tribunal de commerce de Lille pour ce fabricant de cabines et d'accessoires d'engins de BTP. Celle de l'actuel propriétaire, le groupe Fritzmeier et celle de Fil Filipov, président du groupe allemand Atlas, entreprise fabriquant des engins de chantier créée en 1919.

 

Après un premier examen du tribunal de commerce, l'entrepreneur bulgare avaient assuré qu'il retirait son projet de reprise, retoqué par le tribunal tout comme celui de Fritzmeier. Et puis Fil Filipov s'est retrouvé seul candidat en lice, après avoir finalement déposé une offre à la dernière minute le 26 juillet.

 

Pour maintenir l'activité, Caterpillar, de source syndicale, se serait engagé à assurer 4,7 millions d'euros de commandes. L'Etat, de son côté "a mis sur la table 2 millions d'euros d'avance remboursable, pour permettre d'offrir un avenir au site", a déclaré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. La région Hauts-de-France, dont le président Xavier Bertrand était présent au tribunal, a également annoncé son engagement à hauteur de 3,5 millions.

 

L'annonce de cette décision a été accueillie par les cris de joie des salariés, dans la salle d'audience du tribunal. Un plan de sauvegarde de l'emploi en 2016 avait déjà entraîné le départ de 123 personnes.

 

 

ADRIEN POUTHIER

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus