Suivez-nous Suivre Le Moniteur Matériels sur facebook Suivre Le Moniteur Matériels sur Linked In Suivre Le Moniteur Matériels sur twitter RSS Moniteur Matériels
Menu Recherche

10 milliards de moins pour Caterpillar

|

Les sites web parasites sanctionnés !
10 milliards de moins pour Caterpillar © Caterpillar
Caterpillar, le numéro un mondial des engins de chantier, a publié un chiffre d’affaires 2013 de 55,66 milliards de dollars (40,36 milliards d’ euros), en baisse de 16 %. Il manque 10 milliards de dollars pour faire aussi bien qu’en 2012. L’entreprise encaisse le coup et affiche tout de même un résultat positif de 5,68 milliards de dollars (4,12 milliards d’ euros) en baisse de 33 %. Ces mauvais résultats ne reflètent pas d’une nouvelle crise du secteur de la construction mais résultent d’une stratégie d’entreprise. En effet, Caterpillar a décidé il y a quelques années de devenir le numéro un des matériels miniers. Cela l’a conduit à plusieurs acquisitions dans ce domaine, tant en matériels de surface (rachat des pelles géantes Bucyrus) qu’en matériels souterrains (notamment pour les mines de charbon). Or l’extraction de matières premières s’essouffle. C’est là que Caterpillar a perdu ses 10 milliards de dollars, le secteur des engins de chantier restant à peu près stable (-5 %) tout comme celui de la vente de moteurs et de turbines.

Toujours prompt à réagir, Caterpillar a immédiatement pris des mesures de réduction d’effectifs, licenciant 9 700 personnes partout dans le monde (sur un effectif 2012 de 143 057 employés). Ce sont bien sûr les usines dédiées aux matériels miniers qui ont été particulièrement visées, mais pas uniquement puisque l’usine française de Grenoble, qui fabrique des engins de chantier, a également subi un plan de réduction d’effectif. Pour 2014, c’est l’usine de Gosselies, en Belgique, qui va être profondément restructurée. Doug Oberhelman, P-DG de Caterpillar, a profité de la publication de ses résultats annuels pour donner quelques précisions sur cette opération. « Nous reconcentrons nos opérations actuelles à Gosselies sur l’assemblage final de machines, les tests et la peinture avec une fabrication limitée de composants. » Un plan détaillé a été déposé sur le bureau du ministre belge de l’emploi, accompagné d’une provision de 300 millions de dollars pour couvrir les frais de licenciement (« employee cash separation costs ») et qui représente la quasi-totalité des mesures sociales programmées par Caterpillar pour 2014.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus